Les salariés de STMicro revotent la grève

Amandine Rancoule - ©2008 20 minutes

— 

Les salariés grévistes de STMicro­electronics à Rousset ont reconduit la grève hier après-midi à l'issue d'une assemblée générale où une proposition de prime émanant de la direction a été étudiée. La direction nationale de ST­Microelectronics, un groupe informatique franco-italien, avait proposé mardi soir aux trois syndicats (CGT-FO-CFDT) soutenant la grève, une prime pérenne pour les salariés « postés », ceux qui travaillent en équipe, jour et nuit, à la production sur le site. Environ 800 des 2 800 employés de Rousset pourraient bénéficier chaque mois d'une « prime de performance » représentant 1,9 % du salaire, prime qui ne serait pas conditionnée à leur productivité.

« La proposition a été refusée par l'assemblée générale car cette prime ne comble pas le minimum de 100 euros que nous demandons pour les plus bas salaires », explique un délégué CGT. D'après le syndicat, environ 1 000 des 2 800 salariés des services de production de Rousset sont en grève depuis 21 jours pour réclamer une hausse générale des salaires de 3 %, avec un minimum de 100 euros pour les plus bas salaires. Le paiement des jours de grève reste aussi à négocier. Dans les négociations salariales annuelles, la direction, qui annonce « moins de 2 % » de grévistes, a, elle, avancé une hausse générale de 1,7 % au 1er avril et de 1 % d'augmentation au mérite. Hier soir, les salariés ont demandé à rencontrer « immédiatement » la direction.