«20 Minutes» a mis ses meilleurs infographistes sur le coup, pour faire une illustration aussi belle que les panneaux.
«20 Minutes» a mis ses meilleurs infographistes sur le coup, pour faire une illustration aussi belle que les panneaux. — Paint

WTF

Marseille: Des panneaux posés n'importe où indiquent n'importe quoi

L’urbanisme marseillais, tout un poème…

  • Des panneaux posés sans logique, à Marseille, provoquent moqueries et critiques.
  • La société privée JCDecaux fait (en partie) amende honorable, auprès de 20 Minutes.

En 15 mètres carrés, tout Marseille résumée. Des bagnoles garées en vrac sur le trottoir. Une camionnette de livraison en double file. Des blocs de béton. Et un panneau qui vous indique la direction du Petit Nice, trois étoiles au Guide Michelin, sur la magnifique Corniche-Kennedy. A droite, toute. Sauf que le Petit Nice et ses extractions de légumes sont à six bornes (et à 125 euros) de là. Et que vous allez tourner un moment si vous vous engagez à droite, dans la rue Jacques-Hébert, qui file vers l’hôpital de La Timone. Le restaurant de Gérald Passédat est à l’opposé.

>> A lire aussi : Les innovations de l'urbanisme marseillais, épisode 72... Après les plots de chantier, les poubelles pour garder «sa» place de parking

Des panneaux comme celui-là, il y en a 175 à Marseille. Evidemment, tous ne sont pas aussi absurdes. Mais un autre de ces « panneaux de signalisation basse », comme les appelle le publicitaire JCDecaux, suscite un début de polémique (disons une polémiquette), ce lundi, à Marseille. Coincé à l’entrée du Vieux-Port, celui-là indique la direction de boutiques de luxe situées dans le centre-ville, à deux kilomètres de distance.

La page Facebook Marseille à la loupe.
La page Facebook Marseille à la loupe. - Capture d'écran

« C’est une infamie », s’énerve, sur Twitter, une salariée de Louis Vuitton. « Ça va à l’encontre de notre image de maison de luxe, c’est aux antipodes de la politique de chez Louis Vuitton », nous répète-t-elle. C’est « un parfait symbole de la pollution visuelle qui règne à Marseille », s’emporte à son tour Mathieu Grapeloup, qui tient la très influente page Facebook «Marseille à la loupe ».

>> A lire aussi : Sur Facebook, il se bat pour une ville plus propre... Relisez notre portrait de Mathieu Grapeloup

Mathieu Grapeloup est bien informé : il sait donc que ce n’est pas la ville qui a posé ces panneaux, mais un prestataire privé. Les 175 panneaux ont été installés en 2002, nous indique (par écrit) un porte-parole de JCDecaux. 175 panneaux « de signalisation haute » les accompagnent. Et ils sont installés « après autorisation de la mairie, après concertation et sur demande d’entreprises clientes. »

« Peut-être une erreur »

La mairie, à l’heure où nous écrivons ces lignes, n’a pas répondu à nos sollicitations. Et Mathieu Grapeloup, qui ne cache pas sa sympathie pour les idées d’Emmanuel Macron, n’est pas (encore) maire de Marseille. Ce qui ne l’empêche pas d’avoir deux-trois idées à glisser aux actuels locataires de l’Hôtel de ville :

Partout dans le centre-ville, on a des signalétiques mal fichues, qui partent dans tous les sens. Des barrières métalliques abandonnées à chaque coin de rue. Des blocs de béton (anti-attentat), qu’aucun élu n’aura jamais le courage de retirer. Si déjà, on commençait par les végétaliser, ou les décorer… Parce que là, ça fait un espace public anxiogène, pas apaisé, et sale. C’est là que j’ai le sentiment que la mairie gère mal son espace public !

Et nous, on a le sentiment que JCDecaux n’est pas très fort en géo. Mais ce n’est pas grave : « Les panneaux s’enlèvent très facilement », nous dit-on. Car oui, notre panneau fou de la rue Jacques-Hébert constitue « peut-être une erreur », que JC Decaux ne « manquera pas de corriger, le cas échéant. » Si on peut aider avec un plan fait sous Paint, n’hésitez pas…