Marseille: Ouverture le dimanche, manque de piscine, temps de travail... Les dossiers chauds de la mairie

MUNICIPALITE Le conseil municipal de Marseille aura lieu ce lundi... 

Adrien Max

— 

La mairie de Marseille (illustration).
La mairie de Marseille (illustration). — B. Horvat / AFP
  • L’extension du périmètre touristique du centre-ville, pour permettre aux commerces d’ouvrir le dimanche, doit être votée.
  • Les orientations du budget seront également soumises au vote.
  • Parmi les autres dossiers chauds, la trop grande disparité de m2 de piscine disponible entre le nord et le sud de la ville, et la réforme du temps de travail des employés municipaux.

Une centaine de délibérations contre beaucoup plus, habituellement. Le conseil municipal de Marseille se réunira ce lundi pour délibérer « seulement » sur une centaine de points, alors qu’ils sont connus pour durer à rallonge. Il n’empêche que quelques dossiers chauds sont abordés. 20 Minutes fait le point.

L’extension du périmètre touristique du centre-ville. « Enfin un périmètre touristique qui correspond à la deuxième ville de France », s’est réjouie Solange Biaggi, adjointe au commerce. Pour elle et la majorité municipale, il est tout à fait logique que le centre-ville s’étende jusqu’au stade Vélodrome, englobant la zone balnéaire le long de la Corniche jusqu’au-delà du quartier de la Pointe-Rouge, « ce qui correspond déjà à une réalité ». Le but affiché est de voir les touristes rester plus longtemps à Marseille.

Derrière cette extension, se cache surtout la possibilité pour les commerces d’ouvrir le dimanche, en étant englobés dans ce périmètre touristique. Ainsi, les commerçants du futur centre commercial du Prado auront la possibilité d’ouvrir quand bon leur semble. « Je ne trouve pas normal qu’à l’escale Borély par exemple, les restaurants et bar puissent ouvrir le dimanche et que les commerces à côté restent fermés », a-t-elle argumenté. Yves Moraine, maire des 6e et 8e arrondissements, « assume faire partie d’une majorité libérale, et souhaite créer les mêmes droits pour tous ».

>> A lire aussi : Paca: La région «s'arme» face aux incendies

Le rapport d’orientation budgétaire. Beaucoup de chiffres ont été avancés lors de la séance de préparation du conseil municipal, voici les principaux à retenir.

  • Les recettes sont en hausse de près de 3 % par rapport à 2017 pour atteindre 1,2 milliards d’euros.
  • Les dépenses sont en hausse de 0,8 % par rapport à 2017 pour atteindre un peu plus d’un milliard.
  • L’investissement baisse cette année de 5 %, il devrait s’élever à un peu plus de 202 millions, notamment pour les écoles, les crèches et les équipements sportifs.
  • Pour la troisième année consécutive, les taux d’imposition de la municipalité n’augmenteront pas.

Le manque de piscine. En parlant d’équipements sportifs, la chambre régionale de la cour des comptes a une nouvelle fois pointé du doigt le manque de piscine à Marseille dans un rapport qui sera examiné par le conseil municipal. Elle a surtout mis en avant l’écart trop important entre le nombre de m2 de piscine disponible dans les quartiers Nord de la ville, 4,3 m2 pour 1.000 habitants, contre 7,5 m2 pour les quartiers Sud. Richard Miron, adjoint au sport, fait un constat clair selon lui : « Personne ne va à la piscine et on ne peut pas obliger les gens à y aller plutôt qu’à jouer au foot. »

Sauf qu’avec un enfant sur deux, voire deux sur trois, issus des quartiers Nord qui ne savent pas nager, la si faible fréquentation s’explique peut-être. L’adjoint au sport a annoncé poursuivre ses efforts pour mieux organiser l’offre en fonction de la demande, avant de rappeler que le constat était le même pour des villes comme Paris, Nantes ou Bordeaux.

>> A lire aussi : Marseille: «Sans grosse opération de «nettoyage» avant d’installer une police de proximité, bon courage»

La réforme du temps de travail des agents municipaux. C’est le gros dossier chaud en ce moment à la mairie de Marseille. Les agents municipaux doivent travailler 40 heures de plus dans l’année pour se conformer aux règles.

Si certains ont évoqué la possibilité de supprimer la semaine de vacances d’hiver, Jean-Claude Gondard, directeur général des services, a démenti cette information. La mairie s’orienterait plutôt vers une augmentation journalière, qui pourrait varier en fonction des jours. Yves Moraine a quant à lui tenu à rassurer les personnels, et à leur témoigner son soutien.