Marseille: Le Conseil d'Etat confirme la fermeture provisoire d'une mosquée salafiste

JUSTICE Cette mosquée sera fermée pour six mois...

M.Cei. avec AFP
— 
Un musulman prie dans une mosquée le 20 novembre 2015
Un musulman prie dans une mosquée le 20 novembre 2015 — FRED TANNEAU AFP

Le Conseil d'Etat a entériné mercredi la fermeture, pour six mois, d’une mosquée salafiste de Marseille qu’avait ordonnée le préfet de police des Bouches-du-Rhône, selon l’arrêt dont l’AFP a obtenu copie.

>> A lire aussi : Marseille: Une mosquée salafiste fermée sur ordre de la préfecture de police

« La mosquée prône un islamisme radical dont l’influence s’étend à l’ensemble de la vie locale, en particulier aux plus jeunes », a indiqué le Conseil d’État, rejetant le recours de l’association de la mosquée contre cette fermeture. « Au moins cinq fidèles sont partis rejoindre la zone irako-syrienne pour faire le djihad », dit-il.

« Des appels à la haine et à la violence »

La mosquée As Sounna, implantée dans le IIIe arrondissement de la cité phocéenne et dirigée par l’imam algérien El Hadi Doudi, arrivé en France en 1981, « a diffusé, à travers les prêches de son imam, également président de l’association, dont certains sont publiés sur son site internet, des appels à la haine et à la violence contre les Chrétiens, les Juifs​, les Chiites et les personnes adultères, en des termes particulièrement explicites », ajoute le Conseil d’État.

Le directeur de cabinet du préfet de police, Christophe Reynaud avait cité, lors de l’audience, une note de mars 2017 des services de renseignement décrivant des prêches véhiculant « un islam revendicatif souhaitant la destruction des mécréants ».

>> A lire aussi : Torcy: La justice confirme la fermeture de la mosquée pour «incitations au djihad»

Saisi en référé par l’association gérant la mosquée, le tribunal administratif de Marseille avait considéré que la mosquée constituait « un foyer très actif de diffusion de l’islam radical ».