Le pétrole plombe le trafic du port

Frédéric Legrand - ©2008 20 minutes

— 

Conteneurs qui rient, pétrole qui pleure. Avec 7,7 millions de tonnes transportées, le trafic du port autonome de Marseille (PAM) a baissé de 4 % en février par rapport à la même période l'an dernier, a annoncé la direction. Le phénomène est surtout dû aux hydrocarbures, qui représentent les deux tiers du trafic total du PAM. Le mois dernier, les importations de pétrole brut ont reculé de 17 %. Un phénomène « qui touche autant la France que les pays étrangers [qui s'approvisionnent via Mar-seille] », estime la direction.

Le trafic passagers fait lui aussi grise mine, avec 12 % de baisse et 51 000 personnes transportées. Hiver oblige, Marseille n'a quasiment pas eu d'escale de croisières. Plus inquiétant, le trafic vers le Maghreb est en forte baisse : - 16 % pour la Tunisie et - 38 % pour l'Algérie. Pour la direction du PAM, cette tendance pourrait être la conséquence de la « guerre des prix » à laquelle se livrent les compagnies aériennes desservant l'Algérie, et qui rend l'avion plus intéressant que le bateau, en période creuse. En revanche, les voyages à destination et en provenance de la Corse (55 % du trafic passagers) sont en progression de 5 %.

Les terminaux conteneurs, eux aussi, ont connu en février une hausse de trafic, de 10 %, atteignant 874 000 tonnes traitées. Ce secteur représente aujourd'hui près de 60 % du trafic marchandises du port autonome. Le trafic des camions ou des remorques embarquées (qui constitue 25 % du trafic marchandises) est également en augmentation de 9 %, atteignant 365 000 tonnes en février.