Marseille: Trois «sulfateuses à PV» pour contrôler le stationnement, mais l’amende n’augmente pas

STATIONNEMENT La mairie a décidé de ne pas augmenter le prix des amendes liées au stationnement mais les contrôles seront plus stricts…

Adrien Max

— 

Illustration du stationnement à Marseille.
Illustration du stationnement à Marseille. — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • Le prix des forfaits post-stationnement n’augmente pas à Marseille, il reste à 17 euros.
  • Les contrôles augmentent quant à eux, grâce à l’aide de trois ScanCar, des véhicules équipés de caméras pour contrôler les fraudeurs.
  • Cette stratégie a été adoptée pour tenter d'apaiser le cœur de ville sans procéder à un matraquage fiscal.

« Vous pouvez faire un article sur la ScanCar, mais vous ne pourrez pas la prendre en photo », prévient la mairie de Marseille. Pourquoi ? Pas d’explication précise. Heureusement, Quentin a justement repéré quelques jours plus tôt ce que beaucoup appellent la « sulfateuse à PV ».

« Je l’ai croisé rue du Coq [à proximité de la station Réformés Canebière]. C’est une voiture toute blanche. Elle a des gyrophares sur le toit, enfin aux extrémités, et au milieu comme des sortes de leds qui doivent en fait être des caméras. En tout cas, elle a contrôlé la rue en 30 secondes », raconte-t-il.

L’arrivée de la ScanCar à Marseille est l’événement de cette rentrée en matière de stationnement. Désormais géré par les villes depuis la loi sur la modernisation de l’action publique et d’affirmation des métropoles rentrée en vigueur le 1er janvier 2018, le montant de l’amende de stationnement, désormais appelé forfait post-stationnement (FPS), reste le même. Ce n’est pas le cas d’autres grandes villes françaises, comme à Lyon ou à Arles, par exemple, où le forfait s’élève désormais à 60 euros.

>> A lire aussi : Limitation à 80km/h, portable au volant... Les solutions du gouvernement pour améliorer la sécurité routière

Plus de contrôles

« J’ai demandé au maire à ce que le prix ne change pas, pour éviter de faire du matraquage fiscal et que ça devienne une amende sanction. Il m’a donné raison et nous avons maintenu un FPS à 17 euros », explique Jean-Luc Ricca, conseiller municipal délégué à la circulation et au stationnement. Conscient des problèmes récurrents de stationnement dans l’hypercentre marseillais, où à peine 10 % des Marseillais payent leur stationnement, l’élu a préféré augmenter le nombre de contrôle.

Pour cela, la mairie a choisi d’externaliser ceux concernant le stationnement payant.

« Depuis le 2 janvier la société SGAS contrôle le stationnement à l’aide de deux véhicules équipés de huit caméras, capable d’analyser 1.500 véhicules à l’heure »

Chaque automobiliste doit désormais renseigner sa plaque d’immatriculation dans l’horodateur, qui sera contrôlée par ces fameuses ScanCar.

>> A lire aussi : Contrôle technique: Vers un nouveau contrôle automobile plus strict, plus long et sans doute plus cher

Plus de transports

Les 35 ASVP qui remplissaient ce rôle s’occuperont désormais du stationnement gênant dans le cœur de ville, autre point sensible à Marseille. Ils seront également équipés d’une ScanCar, en plus de scooters et d’une brigade pédestre. « Malheureusement, oui, le stationnement est payant, mais cela évite les véhicules ventouses qui restent des jours et des jours, une meilleure rotation des véhicules permet plus de facilité. Le but est de faire de la pédagogie et modifier les comportements pour apaiser le cœur de la ville », se justifie-t-il.

Les Marseillais constatent également trop d’incivisme dans le stationnement. Pour Christian et Joëlle, « augmenter les contrôles est une bonne chose, si et uniquement si ça suit au niveau des verbalisations ». Fabien, qui vient tous les jours d’Istres et se gare dans le centre-ville, trouve lui le coût du stationnement exorbitant. « Je paye tous les jours 12 euros de stationnement pour éviter de me prendre des amendes à 17 euros, c’est clairement l’enfer. Plutôt que de verser dans le répressif, il serait judicieux de développer les places de parking et d’adapter la tarification » espère-t-il. Ou de développer les transports en commun, alors que deux lignes de métro, seulement, maillent la deuxième ville de France.