Marseille: Calanques et eaux turquoises... Le magnifique TER de la Côte Bleue sauvé par les millions de l'Etat

TRANSPORTS La ligne de la Côte Bleue doit faire l’objet d’importants travaux pour subsister. L'Etat devrait verser sa part prochainement...

Mathilde Ceilles, avec J.S.-M.

— 

Ensues la redonne le 31 mai 2011 - Le train de la côte bleue qui relie Marseille à Sausset en passant par Ensues la redonne ( photo ) et Niolon
Ensues la redonne le 31 mai 2011 - Le train de la côte bleue qui relie Marseille à Sausset en passant par Ensues la redonne ( photo ) et Niolon — P.MAGNIEN / 20 MINUTES
  • La ligne de la Côte Bleue fonctionne depuis 100 ans, les infrastructures sont vieillissantes.
  • Des travaux sont prévus pour la rénover.
  • Après des semaines de tergiversations, l'Etat va enfin verser 10 millions d'euros pour financer les travaux. 

Elle est dans tous les bons guides de voyage et fait le bonheur des amateurs de photographie, avec ses beaux paysages qui défilent par la fenêtre, la mer Méditerranée en toile de fond. Elle rend également service à de nombreux habitants de la Métropole d’Aix Marseille Provence qui font la liaison tous les jours entre leur domicile et leur travail. La ligne TER dite de la Côte Bleue, qui relie Miramas à l’Estaque à Marseille transporte environ 1.900 passagers chaque jour, selon SNCF Réseau.

Une ligne vieille de 100 ans

Une ligne vieillissante, et en danger : « Sans travaux, la fermeture de cet axe ferroviaire pourrait être envisagée dans les cinq années à venir », affirmait l’association d’usagers Noster PACA. Des travaux tant attendus qui devraient débuter fin 2019. Car conformément à ce qu’annonçait 20 Minutes début janvier, l’Etat investira bien les dix millions d’euros prévus par le plan Etat-Région. « On a eu confirmation par le Préfet, indique à La Provence Patrick Larminat, directeur du design du réseau SNCF pour la région PACA. On n’attend désormais plus que la lettre officielle. »

Les usagers, eux, en ont marre d’attendre. L’Etat a longtemps « traîné la patte », déplorait Gilles Marcel, président de Noster PACA. L’association craignait qu’avec une détérioration progressive du service, les voyageurs délaissent progressivement la ligne.

« Il n’y a pas eu de travaux sur cette ligne les deux dernières décennies, avançait Philippe Tabarot, vice-président au conseil régional délégué à la sécurité, aux transports et à l’intermodalité. De manière générale, il y a un désengagement de l’Etat sur ce type de lignes. »

Cent millions au total

Les travaux coûteront 46 millions d’euros. C’est la région et les collectivités locales qui mettent le plus au panier, mais c’est l’argent de l’Etat qui débloque la situation. L’officialisation de la subvention devrait lancer les études, indispensables aux travaux, qui auront lieu entre 2019 et 2020.

Entre Marseille et Carry, « rails, traverses et ballasts seront intégralement changés », développe Patrick Larminat dans La Provence. Il faudra ensuite investir pour la partie suivante, entre Carry et Martigues. La facture totale pourrait atteindre les cent millions d’euros. Cent millions, pour une ligne plus que centenaire…