Marseille: Les activités périscolaires maintenues... mais payantes à la rentrée 2018

RYTHMES SCOLAIRES Les activités périscolaires seraient maintenues malgré la semaine à quatre jours, mais moyennant trois euros par jour et par enfant…

Mathilde Ceilles

— 

Une école de Marseille
Une école de Marseille — BERTRAND LANGLOIS AFP
  • Marseille fait partie de ces villes qui veulent revenir à la semaine à quatre jours.
  • Un accueil type TAP va être mis en place tous les soirs. 
  • Mais cet accueil sera payant.

Encore une nouvelle organisation pour 2018. Alors que la réforme des rythmes scolaires voulue par Vincent Peillon avait été appliquée à marche forcée à Marseille, la municipalité a profité de la possibilité offerte par Emmanuel Macron pour revenir dès la rentrée 2018 à la semaine à quatre jours.

>> A lire aussi : Nantes: Ces communes qui décident de retourner à la semaine de 4 jours

L’une des principales nouveautés de la réforme était l’introduction à Marseille des fameux « TAP » pour temps d’activités périscolaires. Ces TAP correspondent à des activités culturelles ou sportives, gratuites et obligatoires. Contactée par 20 Minutes, l’adjointe au maire en charge des affaires scolaires Danièle Casanova affirme que ces dispositifs seront maintenus à la rentrée 2018. « Ce seront des activités similaires aux TAP, avec j’espère un peu plus de pédagogie », explique-t-elle. Un appel d’offres à destination des associations va être lancé en ce sens courant février, pour une mise en place en septembre 2018.

Trois euros par activité

Ces activités ne seront plus obligatoires. Elles ne seront pas accessibles aux enfants ayant besoin du soutien scolaire gratuit mis en place par la municipalité pour certains élèves en grande difficulté scolaire et assuré par des enseignants volontaires payés par la mairie. Ces TAP ne concernent pas non plus les écoliers nécessitant d’être pris en charge dans le cadre du dispositif « Devoirs faits » voulu par l’actuel ministre de l' Education nationale. L’accueil sera assuré a minima entre 16 h 30 et 17 h 30, voire 18 heures « si c’est budgétairement possible », précise l’élue.

Mais autre nouveauté pour cette rentrée 2018 : totalement gratuites lors de cette rentrée, ces activités périscolaires se retrouveront payantes. « Cela coûtera trois euros par enfant et par jour », précise Danièle Casanova, soit le coût actuel pour une garderie, le matin ou le soir. L’adjointe au maire justifie notamment ce choix par la perte d’une subvention de l’Etat due à la fin de l’application de la réforme des rythmes scolaires. « Le gouvernement nous versait 6,7 millions d’euros par an pour cela », affirme l’élue.

>> A lire aussi : Marseille: Parents et professeurs réclament le retour à la semaine de 4 jours au lieu d'une «réforme qui ne sert à rien»

« Ce n’est pas normal ! »

De quoi scandaliser Séverine Gil, présidente du Mouvement des parents d’élèves des Bouches-du-Rhône MPE13, déjà remontée par le fait que ce point n’ait pas été évoqué lors de la dernière réunion entre parents, acteurs de l’Education nationale et élus vendredi dernier. « On veut nous faire croire à une consultation, mais tout est déjà décidé. Et cette histoire de trois euros, ce n’est pas normal ! »

La maman d’élèves, comme la majorité des parents d’élèves consultés à ce propos par l’organisme, prône au contraire une tarification échelonnée en fonction des revenus de chaque foyer. « Vous vous rendez compte ? Un couple de Smicard doit payer trois euros par enfant par jour, plus la garderie du matin, elle aussi à trois euros ! » Une option a priori écartée par Danièle Casanova, mais que les parents d’élève pourraient remettre sur le tapis lors des deux prochaines consultations sur la rentrée 2018, vendredi prochain et début janvier.