Marseille: Les arrivées de Mamadou Niang et Souleymane Diawara, ça change quoi pour Consolat?

FOOTBALL Le club des quartiers Nord de Marseille vient de se renforcer...

J.S.-M.

— 

Mamadou Niang et Souleymane Diawara (photos d'archives)
Mamadou Niang et Souleymane Diawara (photos d'archives) — AFP et SIPA
  • Mamadou Niang et Souleymane Diawara ont rejoint cette semaine le club des quartiers Nord.
  • Difficile de dire si c'est leur arrivée qui a créé un électrochoc, mais Consolat a gagné en Coupe de France, ce samedi, face à Fréjus Saint-Raphaël (aux tirs au buts!).

Dimitri Payet puis Steve Mandanda : l’OM Champions Project aime bien faire revenir de vieilles gloires. A Consolat aussi, on puise dans le réservoir d’anciens olympiens : le deuxième club pro marseillais vient d’annoncer l’arrivée de Mamadou Niang (coach adjoint) et Souleymane Diawara (investisseur). Avec quel impact pour le second club marseillais ? On se pose la question.

>> A lire aussi : Mercato: Souleymane Diawara et Mamadou Niang rejoignent Marseille Consolat (le staff, hein...)

Cela pourrait faire oublier un début de saison raté. Vous connaissez le fameux choc psychologique… On change tout et on repart à zéro. A Consolat, ça se traduit par le départ de l’entraîneur principal, Eric Chelle, qui a démissionné vendredi dernier. « Par rapport à mes diplômes, je ne pouvais pas intervenir comme je voulais, le club avait des amendes », a-t-il simplement expliqué. Son adjoint, Marc Collat (qui est lui diplômé), a pris du galon. Et Mamadou Niang complète le staff.

Le huitième meilleur buteur de l’histoire de l’OM (100 réalisations) pourra aider les offensifs Marseillais à retrouver leur adresse : Consolat n’a marqué que huit petits buts en huit matchs cette saison, pour seulement deux matchs gagnés. Les Marseillais ont retrouvé un peu d'allant offensif face à Fréjus-Saint-Raphaël, ce samedi, en Coupe de France : ils ont marqué trois buts, mais il leur a fallu aller aux tirs aux buts pour se qualifier. 

Consolat avait besoin d’argent. Mamadou Niang rejoint le staff, Souleymane Diawara débarque, lui, en tant  qu’investisseur. Combien a-t-il mis exactement ? C’est secret défense. Et le club n’a répondu à aucune de nos demandes d’interview. Selon La Provence, le budget pourrait tourner aux alentours du million d’euros, contre environ 800.000 l’an dernier.

En fin de saison dernière, le président Jean-Luc Mingallon confiait à 20 Minutes « travailler avec des bouts de ficelle » et déplorait le manque de soutien des entreprises locales : « Ils se précipiteront à notre chevet si on monte en Ligue 2, non ? » Diawara n’a pas attendu la Ligue 2, et c’est une très bonne nouvelle, selon l’économiste marseillais Lionel Maltese : « Une entreprise à ses débuts a besoin d’un business angel. » Quelqu’un qui ne cherche pas à rentabiliser son investissement, qui est prêt à donner un coup de main... et à payer son réseau.

Deux anciens pros pour professionnaliser le club. Le Petit Frère (de l’OM) n’a qu’un souhait :  devenir grand. Et Niang et Diawara pourraient aider, en tout cas, Lionel Maltese en est persuadé :

C’est un atout en termes financiers, en termes de notoriété et de réseau, aussi. Ça peut vous ouvrir des portes ! Après, le foot, c’est un milieu très politique, et qui nécessite de grandes compétences. Ce n’est pas parce que vous avez joué à haut niveau que vous savez gérer un centre de formation, que vous savez entraîner, que vous savez scouter ! Ce sont des métiers.

Admiratif de ce que réalise Consolat avec aussi peu de moyens (« ils sont très efficients ! »), l’économiste du sport pointe un dernier souci : l’absence de vrai stade. La Martine, coincé derrière l’autoroute, avec sa tribune de 2.000 places, n’est vraiment pas à la hauteur des ambitions de Consolat.