VIDEO. Attentat à Marseille: L'identité du suspect reste à confirmer

ENQUÊTE Lors de sa conférence de presse, le procureur de la République de Paris François Molins a donné plus de précisions sur le déroulé de l'attentat à Marseille...

Mathilde Ceilles
— 
Le procureur de Paris, François Molins.
Le procureur de Paris, François Molins. — MIGUEL MEDINA / AFP

Les circonstances s’éclaircissent peu à peu. Lors d’une conférence de presse donnée ce lundi à la mi-journée, le procureur de la République de Paris François Molins a rappelé avec précision le déroulé de l’attaque de Marseille survenue ce dimanche.

D’après les enregistrements de vidéosurveillance et les premiers témoignages, le suspect serait arrivé en gare de Marseille Saint-Charles à 13 h 32, pour se rendre sur le parvis à 13 h 38, où il reste assis jusqu’à 13 h 45. C’est alors qu’il s’est « soudainement levé », pour se diriger vers une première victime. Il a alors assené à la jeune fille « plusieurs coups de couteau », usant d’une lame de vingt centimètres. Il a également crié « Allah Akbar ».

Une passante a tenté de s’interposer

Puis, il serait parti et aurait « tourné en rond en courant » avant de donner « plusieurs violents coups de couteau » à une seconde victime, répétant les mêmes mots que précédemment. Une passante a même tenté de s’interposer, usant d’un porte-drapeau pour lui barrer la route et parvenant à faire chuter l’individu.

En se relevant, le suspect a alors aperçu la patrouille de militaires de l’opération Sentinelle, et s’est dirigé vers eux en s’écriant « Allah Akbar ». Les militaires ont fait feu à deux reprises.

Un passeport tunisien 

L’homme avait également sur lui un couteau de cuisine en inox et un téléphone portable. Il a été signalé par les autorités à sept reprises sous sept identités différentes depuis 2005. Le dernier signalement remonte au 29 septembre, soit vendredi dernier. L’homme est alors placé en garde à vue à Lyon pour des faits de vol à l’étalage, et en est sorti samedi dans l’après-midi. « La procédure a été classée sans suite car l’infraction était insuffisamment caractérisée », a précisé François Molins.



Dans le cadre de cette garde à vue, « il a alors présenté un passeport tunisien délivré le 18 novembre 2014 au nom de Ahmed H., né le 9 novembre 1987 à Bizerte en Tunisie », a-t-il indiqué. Des investigations sont « en cours pour s’assurer de l’authenticité » du passeport, qu’il n’avait pas sur lui au moment de l’attaque à Marseille.

Il avait également déclaré vivre à Lyon, « s’était dit sans domicile fixe et sans emploi autre que des missions non déclarées comme peintre », « consommateur de drogues dures » et « divorcé », a poursuivi François Molins.