Hautes-Alpes: Un skieur condamné pour avoir percuté mortellement un enfant sur une piste

JUSTICE L'homme de 19 ans a été condamné à un an de prison avec sursis... 

A.M. avec AFP

— 

Illustration d'une station de ski
Illustration d'une station de ski — N'PY/ La Gourette

Le tribunal pour enfants de Gap ( Hautes Alpes) a condamné mercredi soir un jeune homme de 19 ans à un an de prison avec sursis pour avoir mortellement percuté un enfant de 7 ans en 2014 sur une piste de ski des Hautes-Alpes. Elle était équipée d’un radar pédagogique de vitesse. Le tribunal a suivi les réquisitions du parquet lors de l’audience à huis clos le 21 juin. Il a assorti la peine d’une obligation de suivre un stage de citoyenneté.

>> A lire aussi : Drames en haute montagne: Kilian Jornet a-t-il malgré lui démocratisé l’ascension du Mont-Blanc ?

La justice a estimé que le prévenu, âgé de 16 ans au moment du drame, « n’avait pas adapté sa vitesse en fonction de l’affluence de la piste, du comportement et du niveau des autres skieurs ainsi que de la configuration du relief », a souligné dans un communiqué le procureur de la République à Gap, Raphaël Balland.

Radar de vitesse pédagogique

Le 6 mars 2014, le petit Filao, 7 ans, avait été tué sur une piste bleue de la station de ski de la Joue-du-loup, dans le massif du Dévoluy (Hautes-Alpes), violemment percuté par l’adolescent originaire d’Amiens. Lors d’une reconstitution, les enquêteurs avaient établi qu’il skiait en ligne droite à près de 60 km/h lorsqu’il a heurté, après une rupture de pente, l’enfant équipé d’un casque. Ce dernier fut projeté à 30 mètres.

>> A lire aussi : Michael Schumacher pourrait être transféré dans une clinique spécialisée à Dallas

Depuis, les parents du garçonnet n’ont eu cesse de remettre en cause la responsabilité de la station de ski, coupable, selon eux, d’avoir installé sur la piste, en amont du lieu de la collision, un radar de vitesse pédagogique, plus incitatif que préventif selon eux.

L’appareil avait été retiré dès le lendemain de l’accident. En novembre 2016, la chambre de l’instruction de Grenoble avait cependant confirmé le non-lieu prononcé à l’égard de la station de la Joue-du-Loup en rejetant un appel des parents.