Incendies: Un adolescent mis en examen, il reconnaît avoir allumé près de 20 foyers près de Marseille

ENQUÊTE Le jeune homme a été surpris en flagrant délit en train d’allumer un foyer ce mardi soir par la sûreté départementale. Il a été mis en examen...

M.C. avec AFP

— 

Un Canadair combat un incendie dans le sud de la France (illustration).
Un Canadair combat un incendie dans le sud de la France (illustration). — Mavila/SIPA

Il a été interpellé mardi soir. Un adolescent de 14 ans originaire d’Aubagne, dans les Bouches-du-Rhône, a reconnu être à l’origine de plusieurs incendies survenus près de  Marseille cet été. Il a été mis en examen ce jeudi pour « destruction par incendie. »

>> A lire aussi : Var: Un pyromane reconnaît être à l'origine de huit incendies

Il a avoué en garde à vue avoir allumé près de 20 foyers d’incendie au cours de l’été, qui ont dévasté quelque 300 hectares de végétation, entre fin juin et mi-septembre.

Fascination pour le feu

« L''examen psychiatrique n’a pas mis en évidence de trouble psychologique mais des troubles anxieux majeurs avec des éléments compulsifs et une fascination pour le feu », a expliqué Xavier Tarabeux, procureur de la République. Il a requis le placement en détention provisoire du mineur.

Pour expliquer son geste, l’adolescent, scolarisé en 3e, sans difficulté particulière, et qui vit chez sa mère, « a évoqué l’ennui et le désœuvrement », a dit Xavier Tarabeux. Pour le premier incendie, il avait mis le feu avec un pétard puis a appelé les pompiers. Il a agi ensuite avec un briquet pour tous les autres feux.

600 pompiers mobilisés

Marjorie Ghizoli, chef de la Direction départementale de la Sécurité publique, a souligné que « le garçon a (vait) été surpris. C’est jeune pour se retrouver confronté a des enquêteurs de la police criminelle ».

L’un de ces incendies avait mobilisé plus de 600 pompiers le 19 août entre Carnoux et Aubagne, où 240 hectares de végétation avaient été détruits. Le feu avait provoqué une interruption du trafic ferroviaire et bloqué plus de 3.000 personnes dans les gares de Marseille, Nice et Toulon.