OM-Rennes (1-3): Marseille n'a pas digéré Monaco et vomit sa tisane... Naufrage au Vélodrome

FOOTBALL Cette fois, on peut l'écrire sans problème : c'est la crise à Marseille...

Au stade Vélodrome, Jean Saint-Marc

— 

La défense marseillaise a encaissé neuf buts en deux matchs.
La défense marseillaise a encaissé neuf buts en deux matchs. — B. Horvat / AFP
  • On se demandait comment l'OM allait se remettre de sa déroute monégasque (6-1). On a eu la réponse au bout de deux minutes : très mal. 
  • Nuls sur tous les plans, les Marseillais ont sombré face à Rennes (1-3).
  • Opportunistes et effiacaces, les Bretons gagnent leur premier match de la saison.

« Il n’y a qu’une réponse à la défaite, c’est la victoire », s’était emballé Rudi Garcia en conf’de presse avant le match face à Rennes. Nous aussi, on peut taper « Winston Churchill citations » dans Google. « On ne peut être tué qu’une seule fois au combat, mais plusieurs fois en politique ». Ça marche aussi avec le football. Humilié par Monaco il y a deux semaines, l’OM s’est fait concasser par Rennes, ce dimanche (1-3).

>> A lire aussi : Ligue 1: L'OM plonge les deux pieds dans la crise... Revivez Marseille-Rennes

Rennes régale d’entrée. Comme à Monaco, les Marseillais ont encaissé un but en moins de deux minutes. Une magistrale Madjer de Khazri, qui manque peut-être de rythme mais qui n’a pas oublié sa technique à Sunderland. Le deuxième but est lui aussi très joli : une frappe lointaine de Bourigeaud, aussi pure que vicieuse (10e).

Des contres express et des coups de pied arrêtés ravageurs, voilà comment Rennes a gagné son premier match de la saison. C’est après un coup franc malin que Gnagnon a achevé les Marseillais (70e). Mubele a eu lui la gentillesse d’épargner un peu l’ego de Mandanda en envoyant très loin dans le ciel un pénalty, en toute fin de match.

Cette fois, le Vélodrome se fâche. « Finies les promesses mensongères », s’est agacé le Virage Sud. Finie la tisane, quoi. Les supporters de l’OM sont en colère, contre leurs joueurs, contre leur direction. Et contre leur coach, encore auteur de choix improbables. Les premiers « Garcia démission » sont descendus du Virage Sud, ce dimanche. Les premiers « olé » chambreurs et les premières broncas, aussi. Même après le but de Sanson (87e), dont on ne pourra même pas dire qu’il était « pour l’honneur ».

Défense d’en rire. Le casting a changé, la pièce (tragi-comique) reste la même. Rami-Abdennour ont succédé à Fanni-Rolando, mais la défense olympienne est toujours aux fraises. Trop lent, en manque de confiance, pour sa première à l’OM, le Roc de Sousse était en mousse. Evra, lui, a fait la même chose que d’habitude : n’importe quoi. Cette fois, on ne va pas citer Churchill, mais de Gaulle, plagiant Chateaubriand. « La vieillesse est un naufrage. »