Bouches-du-Rhône: 300 moutons saisis contre l’abattage clandestin avant l’Aïd

PROTECTION ANIMALE Des moutons ont été sauvés in extremis d’une pratique qui ne respecte pas le bien-être animal…

D. D.

— 

Chaque année des moutons sont abattus illégalement en France pour la fête de l'Aïd.
Chaque année des moutons sont abattus illégalement en France pour la fête de l'Aïd. — Patrick Kovarik AFP

Plus de 300 moutons ont été saisis lors de différentes opérations de lutte contre l’abattage clandestin dans les Bouches-du-Rhône. En cause la fête musulmane de l’ Aïd el-Kébir qui a commencé ce vendredi et au cours de laquelle il est de coutume d’abattre un mouton. Problème, les conditions d’abattage de ces bêtes ne respectent pas toujours les mesures sanitaires et de bien-être animal : à savoir l’étourdissement préalable à l’égorgement.

La Fondation Brigitte Bardot en première ligne

Les bêtes, saisies dans plusieurs lieux d’abattage, ont été confiées à la Fondation Brigitte Bardot qui lutte notamment contre la souffrance animale. La Fondation est chaque année partenaire d’opérations de ce type. Elle considère que l’abattage clandestin est contraire au bien-être animal : « Il est pratiqué par n’importe qui, n’importe comment », sans les garanties minimales apportées par un sacrificateur agréé, a souligné son porte-parole Christophe Marie à l’AFP.

L’État poursuivra « les contrôles durant les deux derniers jours de l’Aïd afin de garantir la protection des consommateurs susceptibles d’être exposés à de graves risques sanitaires », a ajouté la préfecture dans un communiqué. L’abattage de moutons en dehors d’un abattoir autorisé est un délit puni de 6 mois d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende.