Camping épinglé pour discrimination à Antibes: «Notre gardien est Sénégalais», répond la gérante

DISCRIMINATION La gérante du camping du Pilône se défend de toute discrimination. Son établissement a été épinglé par SOS Racisme...

Adrien Max

— 

Illustration dans un camping
Illustration dans un camping — GILE MICHEL/SIPA
  • SOS Racisme a mené une opération de testing dans 14 campings pour traquer les discriminations à l’entrée.
  • L’association a constaté une situation de discrimination dans un camping d’Antibes parmi les campings testés.
  • La gérante du camping Le Pilône, à Antibes, tente de se défendre.

L’association SOS Racisme a mené une campagne de « testing » dans une quinzaine de campings depuis le début de l’été. Le but: déceler d’éventuelles situations de discrimination. Les campings testés se concentrent sur le pourtour méditerranéen, dans les alentours de Nice, de Marseille et de Montpellier. « On souhaite montrer que pendant ces moments de joie et d’insouciance en famille, la discrimination ne prend, elle, pas de vacances », explique Dominique Sopo, président de SOS Racisme.

« Notre gardien est Sénégalais »

Parmi les quatorze campings testés, un seul a mis en évidence une situation de discrimination selon l’association SOS Racisme. Trois personnes noires se sont présentées à l’accueil du camping Le Pylône d’Antibes en demandant si des emplacements étaient disponibles. Quelques minutes plus tard, trois personnes blanches, habillées de la même façon, se sont présentées avec la même demande. « Pour les personnes blanches un emplacement était libre, alors qu’aucune place n’a été proposée aux personnes noires », raconte Dominique Sopo.`

Du côté du camping Le Pylône, on se défend de toute forme de discrimination. « Nous sommes quasiment toujours complets depuis les dernières inondations. Nous ne disposons que d’une centaine de places », explique la gérante du camping. Surtout, elle avance le fait d’avoir toujours accueilli des personnes de toutes origines. La gérante, énervée par ces accusations qu’elle considère comme diffamatoires, se défend :

« La famille Abdel Malek était au camping du 1er au 22 juillet, et notre gardien de nuit est Sénégalais ». 

Brassage social

A la Fédération nationale de l’hôtellerie de plein air (FNHPA), ces accusations ne plaisent pas non plus. « On n’a pas du tout l’habitude de rencontrer ce genre de situation, les campings sont justement un lieu de brassage social », avance Guylhem Féraud, président de la fédération depuis 1990.

Selon lui, les gestionnaires de camping doivent avant tout avoir la culture de l’accueil, et notamment la culture d’accueil « d’une clientèle sociale ». Guylhem Féraud tient à ajouter :

« On a toujours accompagné les actions de la CAF, la bourse solidarité vacances, on accepte les chèques vacances. Nos premiers clients, ce sont les familles modestes, les jeunes. Cette affaire est un contresens à notre métier. »

La situation de discrimination présumée a été filmée à l’aide d’une caméra cachée par SOS Racisme, dont les images sont actuellement analysées par les avocats de l’association. En fonction de leur exploitation, ils décideront d’éventuelles poursuites juridiques.