Méditerranée: Nager avec les dauphins, c'est cool...sauf pour les cétacés

PETITION Alors que les offres commerciales de nage en pleine mer avec les dauphins se multiplient en Méditerranée, deux associations demandent l’interdiction de cette pratique et lancent une pétition…

Beatrice Colin

— 

Deux dauphins. (photo illustration)
Deux dauphins. (photo illustration) — Francois Gohier/VWPics/SIPA
  • La pratique de la nage au milieu des dauphins s’est multipliée ces dernières années
  • Une pétition a été lancée par France Nature Environnement et le Groupe de recherche sur les cétacés
  • Les défenseurs de l’environnement demandent au Président de la République d’interdire ces pratiques, stressantes pour les dauphins

Qui n’a jamais eu envie de se prendre pour Jacques Mayol, le héros du Grand Bleu, capable de s’agripper à l’aileron d’un dauphin comme on enfile une paire de baskets.

Ce rêve, ils sont nombreux à tenter de le réaliser durant leurs vacances d’été au bord de la Méditerranée avec la promesse d’un souvenir « inoubliable ».

Depuis quelques années, des entreprises proposent aux touristes en manque de communion avec la nature d’aller nager au milieu des dauphins. Mais cette activité est loin d’être bien vu par les défenseurs de la nature. Certaines associations viennent même de lancer une pétition pour demander son interdiction.

Les mammifères sauvages traqués

Pour France Nature Environnement et le Groupe de recherche sur les cétacés (GREC), ce rapprochement étroit avec les mammifères marins « perturbe ces animaux alors que ceux-ci subissent déjà de plein fouet d’autres méfaits des activités humaines (pollution, bruit, etc.) ».

Et selon ces militants, les dauphins sont loin de venir d’eux-mêmes vers les bateaux. « Cette pratique consiste à placer les clients dans l’eau à proximité immédiate des cétacés (dauphins, baleines et cachalots) préalablement traqués par des avions de repérage à basse altitude, qui couvrent une zone étendue jusqu’à au moins 20 milles au large », critiquent les associations qui lui préfèrent la pratique du « whale-watching », l’observation depuis des bateaux.

Un arrêté d’interdiction existe depuis 2011

Cette activité serait à l’origine du stress des cétacés et à une modification de leur comportement. Si un arrêté de 2011 interdit « la perturbation intentionnelle incluant la poursuite ou le harcèlement des animaux dans le milieu naturel », dans les faits, aucune sanction n’a jamais été prise, rapportent les associations. D’où l’interpellation du Président de la République à la question.