Var: Un salarié licencié pour avoir mangé un morceau de fromage

LICENCIEMENT Un salarié varois de la société Onet a été licencié pour avoir mangé un morceau de fromage destiné à la poubelle dans un hôtel…

A.M.
Un plateau de fromage de chèvre.
Un plateau de fromage de chèvre. — G. Lacz / Rex Featu / REX / Sipa

La CGT s’est rassemblée mardi devant la Direction Départementale du Travail, de l’Emploi et de la Formation Professionnelle du Var pour demander la réintégration d’un salarié licencié « abusivement », selon Var-Matin. Yannick, laveur de vitre chez Onet s’est vu notifier son licenciement le 7 juin dernier. La raison invoquée par son employeur : « une soustraction de biens appartenant à l’un de nos clients, sans information ou autorisation préalable de ce dernier ».

Le 11 avril dernier, alors qu’il vient remplir son seau d’eau dans la cuisine, il voit un employé du service hôtelier jeter une assiette avec un bout de fromage, le récupère et le mange. Il comprend par la suite que son geste a déplu en tombant nez à nez avec la directrice de l’établissement. « Si cela dérange et pose un problème, je peux payer ce bout de fromage, ai-je alors proposé », raconte-t-il au quotidien varois. Yannick est donc licencié après un entretien préalable pour faute pouvant aller jusqu'au licenciement avec son employeur.

« Discrimination syndicale »

Derrière ce licenciement, les représentants locaux de la CGT y voient une autre vérité. « Ce salarié avait suivi un stage de formation syndicale à l’Union locale, en vue de se présenter aux élections professionnelles. La direction avait toute connaissance de sa candidature. Elle tente d’éteindre la voix de la CGT », assure à Var-Matin David Vanetti, responsable de l’Union locale CGT de La Garde. Ils veulent désormais soutenir Yannick devant les prud’hommes pour « imminence de candidature, discrimination syndicale et licenciement abusif ».