Mercato: Pourquoi l'OM mise gros sur Luiz Gustavo

FOOTBALL Contrairement à Rod Fanni, ce n’est pas pour « sa propension à ambiancer les vestiaires » (vous vous souvenez de ce communiqué mythique ?)…

Jean Saint-Marc

— 

Parce qu'il applaudit quand il prend un rouge, déjà.
Parce qu'il applaudit quand il prend un rouge, déjà. — SIPA
  • Pour attirer l’international brésilien Luiz Gustavo, l’OM aurait accepté de lui verser un salaire considérable, proche des 600.000 euros bruts par mois (selon La Provence)
  • C’est le prix de l’expérience et de la polyvalence…
  • Mais des facteurs plus étonnants font aussi monter les prix !

« Discipline », sous entendue financière : voilà la quatrième lettre de l’abécédaire que Jacques-Henri Eyraud serine à chaque fois qu’il présente une recrue à la presse. On prêtera une oreille attentive au « D » de ce jeudi, quand JHE présentera Luiz Gustavo. Car certes, le prix du transfert du milieu défensif brésilien de Wolfsbourg est raisonnable, huit millions d’euros selon les chiffres qui circulent ça et . Mais le salaire du joueur l’est beaucoup moins. Environ 600.000 bruts par mois, selon La Provenceet avec un contrat de 4 ans. 

>> A lire aussi : Gustavo à l'OM, C'EST FAIT! Montage de fou de l'Atlético pour Vitolo... Le mercato en direct

Parce que c’est « le prix du marché. » « En économie, il y a les price makers, ceux qui font les prix, et les price takers, qui les subissent. L’OM appartient à cette catégorie », explique l’économiste Bastien Drut. « Depuis l’explosion des droits télé en Premier League et les augmentations en Espagne ou en Italie, la concurrence est extrêmement importante pour ces joueurs, qui ne sont pas les 20 méga stars du foot mondial mais juste en dessous, détaille l’économiste. Il faut donc s’aligner sur les montants des transferts, mais aussi et surtout sur les salaires… »

« Ce transfert permet aussi à l’OM de montrer à la concurrence qu’il rentre dans la danse, qu’il est capable de s’attirer de grands noms européens », ajoute son collègue Pierre Rondeau.

Parce qu’il y existe une « taxe Ligue 1 » (oui oui). Ce n’est pas facile de rentrer dans la danse quand on est Français. « Dans l’inconscient des footballeurs, c’est un risque d’aller en Ligue 1, considéré comme un championnat moins bien coté, détaille l’économiste Pierre Rondeau. Le PSG a eu cette "taxe Ligue 1" aussi, il en souffre encore un peu. Pour attirer des stars, la faible notoriété du championnat vous force à payer un peu plus cher. Et encore plus quand le club, comme l’OM, ne dispute pas la Ligue des champions. »

Parce qu’il y a à l’OM une jurisprudence Payet. « Tout le monde sait que l’OM a fait une folie pour Payet […] Cela crée une inflation et une base de négociations », expliquait récemment un agent à RMC Sport. « Bien sûr que ça joue », confirme Bastien Drut. L’agent Frédéric Guerra est lui plus sceptique : « Quand je mène une négo, je ne tiens jamais compte du salaire du mec qui est à côté. Je tiens compte du statut du club, de l’âge du joueur, mais pas du salaire moyen. On ne peut pas comparer le jeune bleu qui sort du centre de formation, à 5000 balles, et le cador de 32 ans qui touche ce genre de salaires ! » Pour lui, reste à voir comment l’OM va gérer ces différences dans son vestiaire. « Je pense que Rudi Garcia a l’expérience et l’intelligence pour éviter les jalousies », conclut Guerra. On avait écrit à peu près la même chose lors de la signature du Payet, et ça vaut toujours :

Parce qu’il est international brésilien et très expérimenté. « Cador de 32 ans », on y vient. On laisse les supporters de l’OM débattre pendant des heures de Gustavo, se demander si ses plus belles années sont derrière lui ou s’il a juste connu un petit passage à vide lors des deux dernières saisons. Il n’empêche que le garçon a gagné la Ligue des champions avec le Bayern, a disputé une quarantaine de matchs européens et en compte autant (41 pour être précis) de sélections avec la Seleção.

« Etre international dans une grande sélection, ça fait automatiquement monter le salaire », décrypte Bastien Drut. « Notamment au Brésil, complète Pierre Rondeau. Kuper et Szymanski ont montré qu’à compétence et poste égal, un Brésilien était mieux rémunéré, pour l’image que renvoie le pays ! » L’âge est aussi un facteur déterminant : « Le nombre de matchs disputés, l’âge, ça joue énormément, surtout pour les défenseurs », assure l’agent Frédéric Guerra.

>> A lire aussi : Mbappé au PSG, Icardi à l'OM.. Quand Twitter fait le mercato (et c'est n'importe quoi)

Parce qu’il est polyvalent (et gaucher, accessoirement). Dans son communiqué de presse d’officialisation, l’OM compare Gustavo à un « couteau suisse », qui « peut et sait tout faire », « une assurance tous risques pour Rudi Garcia ». Le Brésilien peut jouer en défense centrale (c’était son poste à Wolfsbourg), arrière gauche ou surtout au milieu de terrain, à la récupération (son positionnement à la Coupe du monde 2014). « Dans une équipe en construction, qui n’a pas de tops joueurs à tous les postes, c’est un argument considérable », explique Bastien Drut. Et il est gaucher. « C’est un petit plus. » Parce que dans le foot comme ailleurs, ce qui est rare est cher…