Le réseau ferré sur les rails en 2008

Frédéric Legrand - ©2008 20 minutes

— 

Verdict pour la future ligne TGV, réouverture de la ligne Aix-Marseille, livraison d'une gare entre Vitrolles et Marignane... L'année s'annonce particulièrement chargée pour la direction régionale de Réseau ferré de France (RFF), qui présentait hier ses projets pour 2008. Gérant les 1 300 km de chemin de fer de la région, RFF veut avant tout optimiser l'utilisation de son réseau.

Notamment le « cadencement » des lignes : à partir de décembre 2008, les TER, TGV et trains de fret passeront à intervalles réguliers, avec un système heures creuses-heures de pointe. « C'est plus facile pour les passagers et cela permet de dégager des créneaux horaires, notamment pour le fret », explique Christophe de Molliens, chargé de mission à RFF. L'entreprise continue cependant ses chantiers sur les lignes les plus saturées. La ligne Marseille-Aix, fermée pour travaux, devrait rouvrir à la fin de l'année, avec trois TER par heure en période de pointe, pour un trajet d'une demi-heure entre les deux villes. Les études pour installer une troisième voie sur Marseille-Aubagne-Toulon devraient se poursuivre, pour un premier coup de pioche à la fin de l'année. Egalement dans les tuyaux : l'ouverture à l'automne de la gare des Aymards, pour desservir en TER l'aéroport de Marignane et les usines Eurocopter.

Du côté des lignes TGV, RFF doit rendre en juin son étude sur le choix du tracé pour la ligne grande vitesse vers Nice. Les agglomérations d'Aix, Marseille et Toulon, qui devraient être sollicitées pour participer au financement du projet, se sont prononcées en faveur d'un passage par Marseille et Toulon plutôt que de bifurquer directement vers Nice après Avignon. « Ce "tracé des métropoles" sert de référence dans la comparaison avec les autres scénarios », indique Bernard Gyssels, chef de la mission LGV. RFF étudie actuellement l'impact de chaque tracé, notamment en termes de fréquentation et de retombées économiques. La décision finale devrait être prise par le gouvernement, qui sollicitera ensuite les collectivités locales pour le tour de table financier.