Marseille: La municipalité lance son plan anti-kebab en centre-ville

GENTRIFICATION Un système de préemption des commerces de centre-ville a été lancé ce lundi…

J.S.-M.

— 

Illustration d'un Kebab.
Illustration d'un Kebab. — Clive Sawyer PCL/SUPERSTOCK/SIPA

Le projet avait été annoncé en février dernier. La municipalité de Marseille veut que le nombre de snacks, de magasins de téléphonie ou de bazars diminue dans le centre-ville. Pour privilégier les boutiques haut de gamme, elle a instauré ce lundi en conseil municipal un droit de préemption sur les baux commerciaux, rapporte La Marseillaise.

« On assume »

Il n’y aura pas d’expulsion : la ville veut préempter les fonds de commerce vacants, très nombreux dans cette zone. Selon les chiffres de Marsactu 15 % des commerces de l’hypercentre sont inoccupés. Une fois qu’elle aura repris les baux, Marseille pourra ainsi installer les commerçants de son choix.

>> A lire aussi : Des faux permis de conduire pour 3.000 euros à Marseille

« On assume ne plus vouloir certains types de commerces comme les snacks et les magasins de téléphonie pour privilégier les commerces de bouche de qualité ou les artisans », explique à La Marseillaise le patron de la majorité LR Yves Moraine. Sont particulièrement visés les bazars, les magasins de déstockage ou les snacks « type chiches-kebabs », pour reprendre l’expression de l’adjointe au commerce Solange Biaggi. 1,5 million d’euros vont être investis.