Illustration du permis de conduire.
Illustration du permis de conduire. — LCHAM/SIPA

JUSTICE

Marseille: Des faux permis de conduire pour 3.000 euros

Une autre personne passait le code et la conduite à la place du candidat... 

Moyennant 3.000 euros, une tierce personne allait se présenter aux épreuves du code et de la conduite à la place du candidat officiellement inscrit auprès de la préfecture, à l'aide d'une fausse carte d'identité fabriquée pour l'occasion. Ce lundi, des organisateurs d'une fraude aux épreuves du permis de conduire comparaissait devant tribunal pour avoir orchestré entre 2010 et 2011 un trafic au sein d'une auto-école de Marseille.

« J'étais prise à la gorge, l'auto-école était bancale et je ne voulais pas la voir fermer », s'est défendue Claude Evin, 60 ans, condamnée à deux ans de prison. C'est la troisième fois que cette patronne d'auto-école était jugée pour des faits de fraude à l'examen du permis de conduire, les premières infractions remontant à 1998.

>> A lire aussi : Faux ramoneurs ou vols de carte bleue: Marseille a maintenant sa brigade contre la «délinquance astucieuse»

« La partie émergée de l'iceberg »

Le système mis en place reposait également sur deux gérants de fait, Toufik Chachoua, condamné à deux ans de prison dont six mois avec sursis et à une mise à l'épreuve, et Rafik El Keurti, ancien gérant d'une boucherie du centre de Marseille, qui s'est vu infliger 18 mois de prison et une amende de 2.500 euros.

Un moniteur âgé de 74 ans au courant du subterfuge a aussi été condamné à un an de prison avec sursis tandis que deux prévenues qui passaient les épreuves sous un faux nom ont écopé d'une peine d'emprisonnement avec sursis. L'enquête n'a révélé qu'une dizaine de cas de permis frauduleusement obtenus mais ce n'est, aux yeux de l'accusation, que « la partie émergée de l'iceberg ». Des figures du grand banditisme marseillais s'étaient adressées à cette auto-école.