Rugbyman amateur dans le coma: L'enquête patine, ses proches s'interrogent

INFO «20 MINUTES» Geoffrey, 19 ans, est tombé dans le coma après un match de rugby à Fréjus (Var) en mars dernier. L'enquête n'a pour l'instant pas permis d'expliquer cet accident...

Jean Saint-Marc
— 
Geoffrey, jeune rugbyman varois de 19 ans, s'est effondré après un match.
Geoffrey, jeune rugbyman varois de 19 ans, s'est effondré après un match. — CARF
  • Plus de trois mois après l'accident, le jeune Geoffrey est de nouveau dans un état critique. Il a été replacé en coma artificiel en fin de semaine dernière.
  • L'enquête de police ne progresse pas vraiment : les causes de son accident sont toujours très floues.

« On a l’impression que tout recommence à zéro », lâche Stéphane, le grand frère de Geoffrey, la voix nouée. En fin de semaine dernière, le jeune rugbyman varois a de nouveau été placé en coma artificiel, victime d’une pneumopathie (grave infection des poumons). « Il avait repris conscience, il commençait sa rééducation, il comprenait tout, reprend Stéphane Amado. Il parlait un peu, il écrivait… Ce n’était pas la joie mais ça allait mieux. Et là… »

Les causes exactes de cette dernière complication sont encore inconnues. Les causes du premier accident aussi, d’ailleurs. « On veut savoir ce qui s’est passé mais c’est compliqué », poursuit Stéphane, en contact régulier avec les enquêteurs… Qui ne peuvent pas, pour l’heure, lui donner de réponses claires.



« Nous n’avons aucune certitude, il n’y a pas de cause évidente », assure à 20 Minutes, une source policière. « C’est un dossier très compliqué, les liens de causalité restent à établir… Les médecins eux-mêmes ne sont pas certains de ce qui a pu se passer », dit-on au parquet de Draguignan.

Un club « très carré » avec les protocoles commotions, selon la police

Pour le frère de Geoffrey, l’hypothèse « la plus plausible » est celle d’un choc sur le terrain : « Lors du match précédent, il a subi un énorme choc et il a voulu continuer à jouer, lance Stéphane Amado. Deux trois jours après, il ne se sentait pas très bien. Et il a rejoué la semaine suivante. » Avant de tomber inconscient dans le club-house, pendant la troisième mi-temps.

Au club, on ne nie pas l’existence de ce premier choc une semaine avant l’accident. Mais le troisième-ligne n’était pas, alors, tombé inconscient : « Il n’a pas fait de KO, sinon on aurait immédiatement déclenché notre protocole commotion. On est très rigoureux là-dessus, nos entraîneurs sont formés et un médecin suit les joueurs », assure le président du CARF (Club athlétique raphaëlo-fréjusien) Christian Carillo. « On a ressorti toutes les feuilles de match de la saison, c’est très carré », confirme un policier.

« Ce sont des costauds, il y a des chocs aussi dans la vie… »

Les enquêteurs ne sont pas sûrs à 100 % de la chronologie de la soirée : certains témoins racontent que Geoffrey est tombé dans le coma très tôt, bien avant que les secours ne soient contactés. Le jeune homme, qui se plaignait de maux de tête depuis plusieurs jours, serait effectivement allé se reposer quelques minutes. « Il s’est allongé, il est revenu, il s’est rallongé… Le moment exact où il est tombé dans l’inconscience n’est pas clair », lâche un enquêteur. Une chose est certaine : le jeune homme n’a pas consommé d’alcool lors de cette troisième mi-temps.

L’état de santé de Geoffrey n’a jamais permis aux enquêteurs de recueillir son témoignage. C’est sans doute ce qui pourrait faire avancer l’enquête. « Cet accident est peut-être dû à une accumulation d’événements, reprend notre source policière. Ce sont des costauds, il y a des chocs aussi dans la vie, des jeux où ils s’amusent à se plaquer… »

Les parents de joueurs inquiets

Les policiers s’interrogent, les proches de Geoffrey s’interrogent… Et les parents de joueurs s’inquiètent : « Quand on tient un stand sur tel ou tel événement, les parents viennent nous voir, raconte Antonio de Sepulveda, le père de l'un des meilleurs amis de Geoffrey et le président de l’association Tous avec Geoffrey. Ils nous demandent ce qu’il s’est passé, quels sont les signes… Mais les signes, on les a loupés. »