Mercato: Valère Germain, la nouvelle recrue de l'OM, est-il aussi gentil qu'il en a l'air? (Spoiler: oui)

FOOTBALL (ET PSYCHOLOGIE) Le nouvel attaquant de l’OM a une réputation irréprochable…

Jean Saint-Marc

— 

Oubliez Griezmann, c'est Valère le nouveau gendre idéal du foot français...
Oubliez Griezmann, c'est Valère le nouveau gendre idéal du foot français... — V. Hache / AFP (sauf les chats)
  • L’ancien attaquant de Monaco vient de signer à l'OM
  • Il a un profil plutôt rare dans le foot : pas de crête, pas de tatouage. Et surtout, c’est un vrai gentil

C’est une scène que les suiveurs de Monaco ont sans doute vécue plusieurs fois. Nous sommes dans la zone mixte du Vélodrome et Monaco vient d’éliminer l’OM en huitièmes de finale de Coupe de France. Kylian Mbappé est impliqué dans trois des quatre buts monégasques. Mais son chaperon, à l’ASM, l’empêche de s’arrêter devant les micros. Alors c’est Valère Germain, tout nouvel attaquant olympien (il vient de signer pour quatre ans contre 8 millions d'euros) qui s’y colle.

Et le voilà qui tresse des lauriers à un de ses concurrents directs, un joueur en train de le barrer (une énième fois dans sa carrière) : « Qu’il brille comme ça à chaque match, c’est vraiment incroyable. A son âge, je n’étais pas encore passé pro. » Il est comme ça, Valère Germain. Sympa. « C’est un bon gars, bien éduqué » : Marcel Dib (qui a joué avec son père, Bruno, à l'OM) démarre au quart de tour, alors qu’on lui avait juste demandé ce qu’il pensait du joueur, d’une façon générale.

Un de ses coéquipiers à Monaco, cette année, a exactement la même réaction. Irvin Cardona (19 ans, sept apparitions avec les pros, quelques bancs en Ligue des champions) :

Quand j’ai rejoint le groupe pro, j’étais un peu impressionné… Valère et Falcao m’ont tout de suite mis super à l’aise ! Valère, il a l’air timide au premier abord, en fait pas du tout ! Il s’entend bien avec tout le monde, il met la bonne ambiance".

Confirmation avec les supporters de l’ASM. Un fan qui a pu côtoyer l’attaquant en soirée (il a même été invité chez le garçon, prestige) évoque simplement « quelqu’un de très réservé ». Michaël, un des tauliers du site Planete-ASM, a lui aussi eu un très bon feeling avec Valère Germain : « On l’avait contacté par message privé, sur Twitter, pour lui demander un maillot dédicacé à faire gagner à nos lecteurs. Il l’a fait ! »

Valère Germain file des maillots et sait faire l’équilibriste : parti un an en prêt chez le rival niçois, l’attaquant a réussi à ne se faire détester ni des supporters niçois, ni des asémistes. « Il n’a jamais eu un mot plus haut que l’autre, reprend Michaël. Il a toujours été très juste, il a su se faire apprécier des uns sans cracher sur les autres. » Pas comme Kurzawa qui, avant même son départ, lâchait des vannes sur le public de Louis-II.

Un clash et une «bonne gueule»

A la lecture de tous ces compliments, vous pensez peut-être que l’OM a recruté un chaton mignon (oui, comme ceux sur notre horrible - mais assumé - Paint). Rassurez-vous, pas vraiment. Comme on ne voulait pas tomber dans l’hagiographie, on a demandé à Irvin Cardona s’il avait déjà vu Valère Germain se fâcher avec un coéquipier, ou tout simplement s’énerver : « J’ai pas de souvenir, comme ça, répond-il pudiquement. Mais forcément, ça lui arrive de gueuler hein ! C’est un mec qui aime avant tout gagner ! »

>> A lire aussi : Agents avides, badauds curieux ou passionnés... On a traîné nos guêtres au tournoi de Toulon

Exemple avec ce gros clash avec Leonardo Jardim, en février 2015. Il se retrouve en tribune lors d’un huitième de finale aller de Ligue des champions. « Je pensais que je méritais plus que d’autres d’être sur le banc. J’avais toute ma famille à Londres, c’était compliqué, j’en avais pleuré à la fin du match », avait-il confié à L’Equipe en décembre dernier. Mais au début de la saison dernière, après un an de prêt à Nice, sa relation avec Jardim s’est, de son propre aveu, « normalisée ».

Dans cette même interview, le nouvel attaquant marseillais lâchait avoir « toujours eu une bonne côte » auprès des médias. « J’ai une bonne gueule et je suis gentil, ça plaide en ma faveur ». OK, Valère. Mais on te l’avait déjà fait, le coup des chatons ?