Illustration d'un distributeur de billet.
Illustration d'un distributeur de billet. — FrŽdŽric Scheiber/20MINUTES

INFO «20 MINUTES»

Faux ramoneurs ou vols de carte bleue: Marseille a maintenant sa brigade contre la «délinquance astucieuse»

La direction départementale de la sûreté des personnes (DDSP) des Bouches-du-Rhône vient de créer un nouveau groupe pour lutter contre la délinquance astucieuse…

  • La DDSP 13 vient de créer un nouveau groupe pour lutter contre la délinquance astucieuse
  • En trois mois d'activité ce groupe a permis le placement en garde à vue d'une vingtaine d'individus, pour un préjudice de 100.000 euros

500 escroqueries, pour un montant de 100.000 euros. C’est le bilan du nouveau groupe de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) des Bouches-du-Rhône, chargé de lutter contre la délinquance astucieuse. Cette délinquance regroupe les différentes manières de porter atteinte à un individu avec ruse, et sans violence. Ce sont par exemple les vols de cartes bancaires aux distributeurs automatiques en prétextant la panne de la machine, ou les vols en fausse qualité, lorsqu’un faux agent EDF ou un faux ramoneur se présente à votre domicile pour vous escroquer.

Des larcins qui rapportent gros

« Dans ce genre d’affaires, on est confronté à des personnes très intelligentes et très mobiles », explique Marjorie Ghizoli, commissaire divisionnaire et chef de la sûreté départementale des Bouches-du-Rhône. Ce sont les principales raisons de la création de ce nouveau groupe de travail, composé de huit fonctionnaires qui allient terrain et investigation.

« Ces voleurs sont très difficilement identifiables et très difficilement logeables. On a centralisé les informations des différents services au sein de ce groupe pour faire face à ces investigations plus complexes », ajoute Marjorie Ghizoli. Il s’agit d’individus opérants seuls, pour des larcins qui rapportent gros et les victimes ne s’en rendent pas forcément compte immédiatement.

Ce sont des personnes de bonne foi en apparence, qui s’attaquent à des personnes vulnérables sans qu’elles s’en aperçoivent. Ils prétextent une panne du distributeur pour justifier que la carte s’est fait avaler alors qu’en réalité ils l’ont volé », détaille Marjorie Ghizoli.

Ils profitent que les banques soient fermées les week-ends pour agir, et multiplient les lieux de vol dans toute la France pour brouiller au maximum les pistes.

>> A lire aussi : Gironde: En cinq ans, un couple d'ambulanciers arnaque un million d'euros à la Sécu

Déposer plainte

En trois mois d’activité, ce groupe spécialisé dans la délinquance astucieuse a déjà permis de placer une vingtaine de personnes en garde à vue, pour 70 vols de cartes bancaires, 500 escroqueries et un préjudice total de 100.000 euros. « C’est absolument considérable dans ce genre d’affaires, et ça a un gros impact psychologique », précise le major Arnaud Louis, du service communication. Le 6 juin dernier, ils sont parvenus à interpeller un individu qui a commis 130 escroqueries entre 2014 et 2017, pour un préjudice de 40.000 euros.

C’est un véritable préjudice. La banque ne rembourse pas puisque l’erreur ne vient pas de leur part. Ça peut devenir dramatique pour un retraité qui touche une petite pension. », ajoute l’officier de communication.

C’est pour cela que les policiers souhaitent mettre en garde les personnes vulnérables. Ils leur demandent de rester bien prudents, d’éviter au maximum les retraits les week-ends et de ne pas se fier à une personne qui se montrerait bienveillante en apparence. Surtout, un dépôt de plainte est absolument nécessaire (la procédure de préplainte en ligne est possible), sans elle l’enquête ne peut pas être résolue.