Football: Agents avides, badauds curieux ou passionnés... On a traîné nos guêtres au tournoi de Toulon

FOOTBALL Reportage au tournoi de Toulon aka Festival International Espoirs aka tournoi Maurice Revello. Où l'on croise de tout...

Jean Saint-Marc

— 

En tout cas, il a marqué le tir au but décisif (et oui, c'est son vrai nom).
En tout cas, il a marqué le tir au but décisif (et oui, c'est son vrai nom). — Photo et Paint : J.S.-M. / 20 Minutes
  • L'Angleterre a remporté pour la deuxième année consécutive le tournoi U20 (moins de 20 ans) de Toulon.
  • Le genre d'endroit où les grands clubs européens font leur marché... Et où les passionnés de foot recherchent la pépite de demain. 

Le tournoi de Toulon est quelque part entre le haut niveau et le foot du dimanche. Le haut niveau, sur le terrain. Le  foot du dimanche, pour l’ambiance dans les tribunes. Exemple avec ce spectateur barbu qui, pendant la petite finale, entre une canette de bière et une moyenne frite, interpelle un joueur ivoirien, polo de l’équipe nationale sur les épaules. « Vous jouez ? » « Oui, m’sieur, on est en finale. »

>> A lire aussi : VIDEO. C’est (aussi) eux, le futur de l’OM… On vous présente l'équipe de Gambardella

La finale d’un des tournois les plus réputés pour les moins de 20 ans, qu'ils perdront finalement aux tirs au but contre l'Angleterre. Plus connaisseur que le gourmet cité plus haut, Romain et Lucas, la vingtaine, jouent à Football Manager « pour de vrai ». « Il est pas mauvais le 14 ! Le 4 est pas mal mais il manque de confiance. »

Le seul nom connu : Yaya Touré (et c’est encore un homonyme)

Nos deux sélectionneurs en herbe l’avouent sans honte : ils ne connaissent pas grand monde. Et quand on analyse la feuille de match de la finale avec eux, le seul nom connu est celui du latéral/ailier Yaya Touré. Aucun lien, fils unique : c’est un simple homonyme, pensionnaire du centre de formation de Caen.

Romain et Lucas sont évidemment à la recherche du prochain Zinédine Zidane, Cristiano Ronaldo ou Falcao, autant de mégas stars passées par le tournoi de Toulon. Dans le doute, les gamins du club de foot du coin récoltent les autographes de tous les joueurs. « Quand ils vont grandir, ils vont devenir super fort ! Enfin peut-être. Mais moi, j’aurai leur autographe », explique Ilyès, 11 ans, en faisant dédicacer son tee-shirt par les Ivoiriens. Tant pis s’il a préféré les Japonais, « tarpin forts ». Et les Français ? Les U20 ont quitté la coupe du monde par la petite porte. Les U19, surclassés pour l’occasion, sont sortis sans gloire du tournoi de Toulon, au premier tour.

140 recruteurs accrédités

Dans le coin de la tribune réservé aux recruteurs, on est (légèrement) plus méthodiques. Ici ce n’est pas vraiment l’ambiance frite/bières/youyous (les supporters ivoiriens sont arrivés entre-temps). Et l’accent qui domine n’est pas celui du sud-est mais plutôt celui des gentlemen londoniens. Chemise blanche impeccable, l’un d’eux a imprimé des dizaines de tableaux qu’il a remplis méthodiquement, match après match. Un autre noircit des pages et des pages avec des pattes de mouche.

« Ils l’ont fait permuter, c’est bien, il est sur son bon pied. » « Il peut devenir un bon joueur de CFA 2, CFA, pas mieux mais c’est bien. » « Il a le sens du jeu, il prend des initiatives, il faut juste qu’il s’épaississe ! Il ne se jette pas, il a tout compris » : ces derniers compliments sont à destination du numéro 18, côté anglais, le milieu polyvalent David Brooks, buteur lors de cette finale gagnée aux tirs au but. Il a aussi été élu meilleur joueur du tournoi.

Forcément, quand tu joues à Sheffield, tu souffres un peu sous le soleil d'Aubagne...
Forcément, quand tu joues à Sheffield, tu souffres un peu sous le soleil d'Aubagne... - J.S.-M. / 20 Minutes

Dans son portable qui lui sert de bloc-notes, Damien Descamps, superviseur pour le club anglais de Crystal Palace, a écrit un long paragraphe sur les qualités de Brooks, avec cette précision « looks like a child ». « Plus que pour repérer des pépites, je suis là pour suivre des progressions », explique le recruteur, qui juge qu’en cette année de coupe du monde U20 le niveau est - logiquement - plus faible que d’habitude. « L’Angleterre, clairement, c’est l’équipe bis », reprend-il, en direction d’un collègue émissaire d’un club français. L’ambiance est tout à fait cordiale entre ces confrères, pas directement concurrents. « On est là pour repérer, pas pour négocier les contrats. »

Quand des agents se bagarrent après un match

L'atmosphère peut être plus fraîche entre agents, à l’âge où les joueurs changent facilement de conseillers avant un gros contrat. « L’an dernier, trois agents guinéens en sont venus aux mains là-bas, sous le pont, lâche le patron du tournoi Alain Revello. Ce sont des marchands du temple ! » Revello est fier de nous annoncer que 140 recruteurs se sont accrédités pour son tournoi, mais il insiste : « On ne fait pas le tournoi pour eux. »

>> A lire aussi : Mercato: Bafé Gomis (= Jean-Michel Feuilleton) rend fous les supporters de l'OM

Il le fait sans doute un peu pour son père, décédé l’an dernier. Il a créé le tournoi il y a tout juste cinquante ans. Du petit événement local, c’est devenu une compétition diffusée dans plus de 120 pays et qui génère, selon Alain Revello, 1,2 million d’euros de retombées économiques. « Alors les histoires d’agents… »