Législatives: Pour sa«circonscription pas facile», Christophe Castaner reçoit le soutien d'Edouard Philippe

POLITIQUE Le député sortant a eu la visite de son Premier ministre dans sa circonscription…

Mathilde Ceilles

— 

Christophe Castaner a reçu le soutien d'Edouard Philippe pour sa candidature
Christophe Castaner a reçu le soutien d'Edouard Philippe pour sa candidature — Mathilde Ceilles

« Qui aurait cru, il y a six mois, que je vienne ici, à Manosque, soutenir Christophe, et que Christophe m’appelle Monsieur le Premier ministre ? »

Edouard Philippe sourit. Mais il est vrai que cette visite dans les Alpes-de-Haute-Provence interpelle. L’ancien conseiller d’Alain Juppé, membre des Républicains il y a encore une quinzaine de jours, est venu ce vendredi à Manosque soutenir l’ancien socialiste Christophe Castaner dans sa campagne électorale des législatives. La veille, le Premier ministre s’affichait avec Yves Jégo, député Les Républicains, candidat aux législatives et jugé « Macron compatible ».

« Vous avez besoin de lui… mais moi aussi ! »

L’objectif cette fois est clair et affiché pour le locataire de Matignon : s’assurer que Christophe Castaner, député sortant, soit réélu, afin qu’il reste au gouvernement où il occupe pour le moment la fonction de secrétaire d’Etat chargé des Relations avec le Parlement et de porte-parole du gouvernement. « Vous avez besoin de lui… mais moi aussi ! », affirme le Premier ministre devant un parterre d’une centaine de militants réunis pour l’occasion dans un restaurant manosquin.

Dans la circonscription du porte-parole, le candidat Macron était au coude-à-coude avec Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen au premier tour de l’élection présidentielle (respectivement 20 %, pour Macron et 22 % chacun pour Mélenchon et Le Pen). « C’est une circonscription pas facile », admet Antoine, référent des jeunes avec Macron dans le département, qui revendique une dizaine de membres.

Le premier ministre et le porte-parole avec de jeunes militants
Le premier ministre et le porte-parole avec de jeunes militants - Mathilde Ceilles

Mais pour ce scrutin, le député sortant bénéficie sur le papier de plusieurs avantages. Il n’a tout d’abord aucun candidat socialiste devant lui. Il a ensuite et surtout une droite divisée, dont le représentant initialement investi par les Républicains se retrouve bien seul après avoir prétexté la mort de sa mère pour sécher un rendez-vous. Alors quand on l’interroge sur ses chances de victoire, bien que répétant qu’aucune élection n’est jouée d’avance, Christophe Castaner, implanté depuis plusieurs années dans le département, se montre confiant.

>> A lire aussi : Législatives: Un candidat Les Républicains prétexte la mort de sa mère pour sécher un rendez-vous

« Ferrand, c’est loin des préoccupations du terrain »

Et si l’affaire Ferrand venait perturber l’histoire ? « Il y a un risque, forcément, globalement, politiquement, automatiquement », soupire Patrick, militant La République en marche dans les Alpes-de-Haute-Provence. « Les militants En marche! sont plus exigeants, et cette histoire alimente leur exaspération, poursuit Christophe Castaner. Mais pour moi, ce n’est pas une affaire, car cela relève du pénal, même si le débat Ferrand est légitime ».

>> A lire aussi : VIDEO. Cinq choses que vous ignorez sur Christophe Castaner, secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement

« On m’en a parlé les deux premiers jours, et puis plus rien, affirme Emmanuelle Fontaine-Domeizel (qui siégera dans l’hémicycle en cas d’élection). Ferrand, c’est loin des préoccupations du terrain. Localement, on me parle plus des déserts médicaux par exemple. Et même si c’est un caillou dans la chaussure, on continue à avancer », affirme-t-elle. « Ce que je souhaite c’est que partout en France, on donne une majorité forte à ce gouvernement », affirme Edouard Philippe, demandant « une majorité stable et puissante à ce gouvernement pour permettre le redressement du pays ».