Top 14: Le monde du rugby veut voir Toulon perdre face à Clermont? Tant mieux, le RCT adore ça

COMPLOT Tout le monde s’attend à voir, ce dimanche à 20h45, une défaite du club de Mourad Boudjellal face aux Clermontois. Et beaucoup le souhaitent…

Jean Saint-Marc

— 

Le voilà, « l'ogre toulonnais » !
Le voilà, « l'ogre toulonnais » ! — B. Langlois / AFP
  • Le RCT s’est toujours construit dans l’opposition au reste du rugby français, quitte à ce que cela vire parfois à la théorie du complot
  • Dans la préparation d’une finale, ce genre de discours est très utile dans le vestiaire

Même les Clermontois commencent à y croire. La fameuse formule « cette fois, c’est la bonne », n’est pas tout à fait ironique cette année. Dans le petit monde du rugby, pas grand monde, pas même le plus pessimiste des Auvergnats, ne voit cette équipe impressionnante flancher, en finale, contre un bien pâle et bien inconstant RC Toulon. Et surtout personne (ou presque) ne veut voir le RCT triompher et l’ASM déprimer. Petit listing (non exhaustif) des raisons :

  • Parce que dans le jeu, le RCT est vraiment horrible cette saison.
  • Parce que le RCT a brisé en demie le rêve des si sympathiques rochelais, dans un match dont le tournant a été une décision arbitrale (qui semble justifiée, soit dit en passant).
  • Parce qu’en dehors des supporters toulonnais, tous les amateurs de rugby ont peu ou prou une dent contre Boudjellal, qui a forcément balancé un jour une vacherie contre leur club.
  • Parce qu’après 20 finales perdues, on ressent un peu de pitié pour les Clermontois et on se dit qu’ils méritent bien un petit Brennus.
     

Tout ça résumé en un tweet, ça donne :

« Le rugby des bien pensants qui se ligue contre Toulon, ce n’est pas nouveau », s’agace Laurent, membre de l’association de supporters Les Fils de Besagne et, sur Twitter, pourfendeur des Rochelais qui chantent « allez Clermont » : « On a toujours été enviés, jalousés. On doit surtout être craints, et c’est tant mieux. »

>> A lire aussi : Enorme combat au Vélodrome! Et le RC Toulon brise le rêve de La Rochelle (18-15)

« La France a envie que ce soit Clermont qui gagne, car c’est un club vertueux et que nous, dans l’esprit des gens, nous ne les sommes pas », a surenchériMourad Boudjellal auprès de Rugbyrama. On l’a sollicité pour qu’il nous en dise plus, mais il nous a mis un bon stop : « J’arrête un peu avec les interviews cette semaine, il faut quand même que je bosse à un moment. » On voulait notamment revenir sur cette partie de l’interview où il assure que cette « perception » de choses est un « handicap » pour lui et pour son équipe. Mouais. Mon œil.

Merci encore au RCT pour cette formidable vidéo.
Merci encore au RCT pour cette formidable vidéo. - Capture d'écran

D’abord, parce que Mourad Boudjellal aime beaucoup ce côté « vilain petit canard », lui, l’homme d’affaires venu de la BD, qui a débarqué avec ses millions et sa grande gueule dans ce monde du «  rugby-cassoulet » (son expression préférée). Et surtout parce qu’en vrai, être l’équipe à battre… c’est pas mal du tout pour préparer une finale.

De quoi fédérer un vestiaire

« Toutes ses réflexions de supporters, les réactions des consultants qui parlent du beau jeu clermontois.. J’espère qu’on leur affiche ça dans le vestiaire, à Toulon », lance Laurent, notre Fils de Besagne. « Bien sûr, c’est super motivant, c’est un vrai levier, l’idée de déjouer les pronostics », confirme l’ancien toulonnais Yann Delaigue.

Aubin Hueber, ancien joueur puis ancien entraîneur du RCT, est d’accord à 100 % :

Toulon s’est toujours nourri de la haine (entre guillemets) des autres clubs. En déplacement, les supporters souhaitaient que l’on prenne une branlée ! On est différents et encore plus avec Mourad. On ne baisse pas le pantalon quand on n’est pas d’accord !

Delaigue et Hueber, avec une longue carrière derrière eux, vont nous citer le même exemple : la finale 1992 du RCT, face au Biarritz de Serge Blanco, jamais titré en club et qui disputait son dernier match au BO. « Tout le monde voulait que Biarritz gagne le titre, pour que Serge Blanco soulève enfin le Brennus, après une carrière incroyable », commence Aubin Hueber. « On avait même peur que l’arbitre les favorise », poursuit Yann Delaigue. « On s’est dit, entre nous, qu’on pouvait comprendre ce soutien, mais pas l’accepter ! Quand on est sportif, on cherche la motivation partout, y compris dans l’affectif », conclut Hueber.

Et ça a marché : le RCT, après une saison ultra galère (ils avaient lutté pour éviter la relégation) et avec quatre juniors de 18 ans dans l’équipe, a remporté le titre. Alors que le jeune Anthony Belleau devrait être l’ouvreur titulaire ce dimanche au Stade de France et que Mourad a viré deux managers cette année… Vous voyez le parallèle ?

Ne nous emballons pas, Aubin Hueber glisse un pronostic des plus modérés : « Si Toulon propose autre chose, ose un peu plus, on gagne. Pour moi, de toute façon, c’est simple : soit on gagne la finale, soit on en prend 40 ! »