Législatives: Une candidate LREM visée par une plainte de son adversaire pour «escroquerie à l’assurance maladie» dans le Var

POLITIQUE Jean Pierre Colin, candidat dans la 7e circonscription du Var, a déposé plainte contre Emilie Guerel, candidate LREM, pour « escroquerie à l’assurance maladie »… 

Adrien Max

— 

Emilie Guerel, candiate LREM dans le Var.
Emilie Guerel, candiate LREM dans le Var. — CHARLY TRIBALLEAU / AFP
  • Jean Pierre Colin affirme qu’Emilie Guerel a mené sa campagne alors qu’elle était en arrêt maladie.
  • Emilie Guerel réfute ces accusations et va porter plainte pour diffamation.

C’est une histoire comme seule la politique peut en créer. Le candidat de la 7e circonscription du Var, Jean-Pierre Colin, sans étiquette, a déposé plainte contre Emilie Guerel, investie par  La République en marche (LREM) pour « escroquerie à l’assurance maladie ».

>> A lire aussi : Affaire Ferrand. «On se rend compte que rien n’a changé... C’est devenu intolérable»

Selon lui, la candidate LREM qui est aussi professeure d’anglais dans le collège Les Eucalyptus, à Ollioules (Var), est en arrêt maladie depuis la mi-décembre. Elle profiterait de cette absence pour mener campagne, d’abord en faveur d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle, et désormais pour elle lors des législatives. « Alors qu’Emmanuel Macron veut faire un symbole de sa loi de moralisation politique, cette situation est incongrue », explique Jean-Pierre Colin, qui se dit investi par l’UDI, « Macron compatible », mais qui « ne veut pas de l’investiture d’En Marche ». Il dénonce des « pratiques politiciennes d’un autre âge ».

Tentative de déstabilisation

Emilie Guerel se dit, elle aussi, « victime de vieilles pratiques politiciennes »… Elle dénonce des intimidations de la part de Jean Pierre Colin : « Il voulait l’investiture d’En Marche mais il ne l’a pas eu, il n’est investi par personne d’ailleurs et veut simplement me décrédibiliser. »

La jeune femme reconnaît avoir été en arrêt de travail de janvier à début mai. Elle reconnaît aussi avoir pris part à la campagne, mais depuis chez elle. « Je ne suis allé tracter que trois fois », se justifie-t-elle. Depuis, la professeur d’anglais s’est mise en disponibilité pour mener sa campagne, comme le prévoit la loi.

Elle annonce qu’elle va porter plainte pour diffamation.