VIDEO. Keny Arkana: Toujours habitée par la même rage, la rappeuse sort son nouvel album L'Esquisse 3

RAP La rappeuse marseillaise Keny Arkana revient avec un nouvel album, L’Esquisse 3…

Adrien Max

— 

L'Esquisse 3 sort le vendredi 2 juin.
L'Esquisse 3 sort le vendredi 2 juin. — Capture d'écran
  • Ce nouvel album est construit comme les anciens : du titre le plus dur au titre le plus spirituel
  • Selon elle, « collectivement on est en train d’expérimenter le pire », même si elle garde espoir en l’humain

Il était temps. Après cinq ans d' « absence », son dernier album Tout tourne autour du soleil était sorti en 2012, Keny Arkana revient avec un nouvel album. L’Esquisse 3 sortira ce vendredi. Fidèle à elle-même, elle a construit ce nouvel opus comme les anciens : du titre le plus dur au titre le plus spirituel. Chaque morceau appelle le suivant. Elle rend hommage aux quatre éléments, le feu, la terre, l’eau et l’air. « C’est le fil rouge du disque. C’est comme une lecture de la vie, il faut savoir équilibrer les quatre. », précise la rappeuse marseillaise.

Elle, qui considère qu' « avoir la parole, c’est avoir une responsabilité », ne s’est pas vraiment assagie avec le temps. Sa responsabilité, c’est de mettre des mots sur la colère qu’elle partage avec certains de ses concitoyens. « Je n’ai pas encore trouvé la paix, je continue d’enrager tout le temps même si j’essaye d’être plus paisible. » Et son rôle de porte-parole lui va comme des gants (de boxe), elle qui trouve toujours le mot juste. « J’ai toujours eu envie de comprendre les choses par moi-même. Je bouge beaucoup, je sors de mon milieu et ce mélange culturel m’apprend énormément. », précise celle qui a quitté l’école à 12 ans.

" On expérimente ce qu’il y a de pire "

Pour elle, il n’y a rien de pire pour l’être humain que d’évoluer toujours dans le même environnement.

« Les gars des quartiers font les durs, alors qu’en fait, ils ont la trouille de sortir de ce qu’ils connaissent. C’est pareil pour celui qui reste toute la journée devant la télévision. »

C’est bien là que le mal de nos sociétés prend genèse, même si la rappeuse garde une part de confiance dans l’être humain. « Collectivement on est en train d’expérimenter ce qu’il y a de pire. On est dans une spirale inverse à l’épanouissement. » Keny Arkana sait de quoi elle parle, elle qui a aussi expérimenté le pire dans sa vie, avant de pouvoir profiter de jours meilleurs.

Un nouvel album qui est aussi annonciateur d’un nouveau cycle. « A chaque fois que je sors un volet de l’Esquisse, un album suit dans la foulée. Après je pars déconnecter quelque temps. », explique la rappeuse marseillaise. La dernière fois qu’elle est partie « quelque temps », c’était au Mexique où elle a vécu seule dans différentes communautés pendant trois ans.

>> A lire aussi : Le rap français est en très bonne santé et écrase la concurrence dans les ventes d’albums

" Marseille c’est mon quartier " 

Car Keny Arkana est comme ça. Sans réelles attaches, elle qui a grandi de foyer en foyer, et de fugue en fugue. « Il y a plein d’endroits où je me sens chez moi, même si je suis attaché au centre-ville de Marseille. C’est mon quartier. », raconte celle qui partait contempler les étoiles lorsqu’elle voulait échapper à ses éducateurs.

Keny Arkana garde un lien privilégié avec Marseille, comme en témoigne le titre De l’opéra à la Plaine 3, hymne au centre-ville qu’elle arpente depuis sa jeunesse et à ses rappeurs. « Je suis un peu à l’image de la ville : insolente et indisciplinée, même si je sais être plus carrée. », en rigole-t-elle. Keny Arkana fidèle à sa ville et à elle-même.