Hautes-Alpes: Des migrants menacés d'expulsion cessent leur grève de la faim

MIGRANTS Ces migrants ont pris cette décision en raison du ramadan qui approche…

20 Minutes avec AFP

— 

Ils sont hébergés à Embrun.
Ils sont hébergés à Embrun. — Capture d'écran.
  • Ces 21 migrants viennent du Soudan et d'Erythrée
  • Ils n’ont pas obtenu de ne pas être renvoyés dans leur pays d’entrée dans l’espace Schengen 

Une vingtaine de migrants menacés d’expulsion ont décidé d’arrêter leur grève de la faim commencée le 11 mai à Embrun (Hautes-Alpes). Agés de 20 à 40 ans et hébergés au centre d’accueil et d’orientation de la ville, ces 21 migrants venus du Soudan et d' Érythrée n’ont pas obtenu de ne pas être renvoyés dans leur pays d’entrée dans l’espace Schengen, comme le prévoit le règlement européen Dublin III.

>> A lire aussi : Hautes-Alpes: Des migrants menacés d'expulsion entament leur huitième jour de grève de la faim

« Ils ont décidé d’arrêter leur grève de la faim samedi, en raison de l’approche du mois du ramadan, sacré chez les musulmans et l’une des règles fondamentales de l’Islam », a précisé Jean-Michel Flandrin, 70 ans, l’un des porte-parole de l’inter-collectif Migrants Alpins qui regroupe une quinzaine d’associations et collectifs dans les Hautes-Alpes, les Alpes-de-Haute-Provence, les Alpes-Maritimes et en Savoie.

Un recours suspensif a été déposé par France Terre d'asile la semaine dernière devant le tribunal administratif de Marseille « dans le but d’éviter l’expulsion vers la Norvège de deux migrants. Nous attendons une réponse du tribunal le 2 juin », indique Jean-Michel Flandrin. « Le reste des "dublinés" doit toujours repartir vers l’Italie, pays par lequel ils sont entrés dans l’Union européenne », selon lui.