VIDEO. Législatives: Dans une campagne tendue contre Mélenchon, Mennucci sort la carte du terrain

REPORTAGE Alors qu'un sondage le place largement derrière...

Mathilde Ceilles

— 

Patrick Mennucci battant campagne
Patrick Mennucci battant campagne — Mathilde Ceilles

Les affiches de Jean-Luc Mélenchon et de Patrick Mennucci se battent en duel le long du boulevard National, dans le 3e arrondissement de Marseille. Le leader de la France insoumise et le député socialiste sortant ne se sont encore jamais croisés sur cette 4e circonscription sur laquelle ils sont tous deux candidats. Ce qui n’a pas empêché les deux candidats de s’envoyer quelques piques, symptomatiques d’une campagne quelque peu tendue. Comme ce tweet de Patrick Mennucci, qui accuse la France insoumise d’avoir détourné ses affiches de campagne, sans qu’on puisse pour autant en apporter les preuves.

Alors, pour faire face à Jean-Luc Mélenchon, en tête dans les sondages, Patrick Mennucci a sorti la carte du terrain, faisant du porte-à-porte, tractant, s’invitant à la Fête des voisins. Quand son adversaire de la France insoumise est retenu à Lille pour soutenir des candidats, le député sortant va et vient en ce mardi le long du boulevard National.

>> A lire aussi : Mélenchon en tête des intentions de vote dans sa circonscription de Marseille

Une « campagne de boutons de veste »

« Je fais une campagne de boutons de veste, c’est-à-dire que je vais voir tout le monde. Mélenchon compare ça aux Témoins de Jéhovah ! », se marre-t-il entre deux poignées de main, tutoyant celui-ci, s’intéressant à l’activité de ce commerçant-là. « Je sais que ce n’est pas gagné pour moi, mais ce n’est pas gagné pour lui non plus. Ma force, c’est de connaître les gens. Je ne sais si ça sera suffisant. Mais faut que je passe devant En Marche ! [et sa candidate Corinne Versini, ndlr)]. »

Le 3e arrondissement de Marseille que le député a choisi d’arpenter en ce mardi matin est le quartier le plus pauvre de France. Entre gare Saint-Charles et quartiers Nord, ce coin de la cité phocéenne, coupé en deux par une autoroute qui frôle les façades noircies, est touché par le chômage et à la misère. Les prestations sociales assurent le quart du revenu des 45.000 habitants.

>> A lire aussi : Les circonscriptions à suivre dans les Bouches-du-Rhône

« Le quartier est en décrépitude »

« Monsieur Mennucci, cela fait un an et demi j’attends un logement social », s’emporte Nathalie. « Le quartier est en décrépitude, il y a plein de rats », déplore Louisette. Mais face à ces doléances, Patrick Mennucci répond : « Les députés ne votent pas des lois sur les rats. La propreté, cela relève de la mairie, et quand j’étais candidat aux municipales, vous avez bien entendu ce que j’ai dit, non ? »

>> A lire aussi : Mobilisation générale des adversaires de Jean-Luc Mélenchon

Le député sortant préfère défendre son bilan dans ce quartier cosmopolite, comme devant ce Franco-Algérien à qui il tend « le tract France Algérie ». Celui qui est président du groupe d’amitié parlementaire France Algérie promet notamment une loi pour la reconnaissance des massacres du 8 mai 1945.

Des affiches de Mélenchon et de Mennucci
Des affiches de Mélenchon et de Mennucci - Mathilde Ceilles

Et même si l’accueil est globalement chaleureux – « Nous, on veut pas de Mélenchon, on veut un Marseillais ! » –, le député sortant n’échappe pas au ras-le-bol des politiques. « On les voit qu’au moment des élections…. », soupire Azzedine, attablé à la tasse d’un café, un tract de Mennucci à la main. « Le maire, le député, c’est tous les mêmes, s’emporte Doybou. Une fois au pouvoir, ils nous oublient ! » Que ce soit au premier ou au second tours de l’élection présidentielle, l’abstention dans ce 3e arrondissement de Marseille a dépassé les 40 %.