Corse: Les incidents autour de Bastia-OL et les insultes racistes visant Balotelli au tribunal lundi

JUSTICE Les deux dossiers qui ont terni la saison du SC Bastia, les incidents autour du match Bastia-OL et les insultes racistes lancées à Mario Balotelli, seront jugés lundi…

A.M. avec AFP

— 

Les supporteurs du SC Bastia lors du match de Ligue 1 le 2 novembre 2014 au stade Armand Cesari à Bastia
Les supporteurs du SC Bastia lors du match de Ligue 1 le 2 novembre 2014 au stade Armand Cesari à Bastia — Pascal Pochard Casabianca AFP
  • 15 hommes vont être jugés par le tribunal de Bastia après les incidents autour du match Bastia-OL.
  • Un homme va être jugé après des insultes racistes lancées à Mario Balotelli.

Le tribunal de Bastia examinera lundi deux dossiers qui ont gâché la saison du SC Bastia, avec le procès de 15 hommes pour les incidents autour du match Bastia-OL, et celui d’un supporter pour des insultes racistes lancées à Mario Balotelli lors d’une autre rencontre.

>> A lire aussi : Violence à Bastia: «Trop, c'est trop, les faits sont inqualifiables», la présidente de la LFP s'emporte

Avant le coup d’envoi du match Bastia-OL, le 16 avril, une cinquantaine de supporters corses avaient pénétré sur la pelouse pour s’en prendre violemment à une partie de l’équipe rhodanienne et de son staff, alors que les joueurs lyonnais achevaient leur échauffement. Commencée avec près d’une heure de retard, la rencontre avait finalement été arrêtée après de nouveaux incidents survenus à la mi-temps. Ces incidents ont coûté au club corse la défaite sur tapis vert 0-3, et la délocalisation de ses trois derniers matches de la saison à domicile sur terrain neutre et à huis clos.

Cinq hommes jugés pour violence

Deux joueurs lyonnais, Anthony Lopes et Mathieu Gorgelin, avaient porté plainte contre X pour « violence en réunion dans une enceinte sportive » et le parquet de Bastia avait ouvert une enquête en flagrance pour « violences ». Le SCB a lui aussi déposé plainte contre X avec constitution de partie civile.

Cinq des 15 hommes qui seront appelés à la barre comparaissent pour ces échauffourées. Parmi eux, le directeur des services généraux du SCB, Anthony Agostini, accusé par le président de l’Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas d’avoir frappé le gardien Anthony Lopes. Anthony Agostini a été placé sous contrôle judiciaire et interdit de pelouse sur les stades qui accueillent des matches du SCB. Il a de son côté porté plainte contre Jean-Michel Aulas pour « dénonciation calomnieuse », puis contre Anthony Lopes également, pour « violences, injures et menace de mort ». Les dix autres hommes sont poursuivis pour être entrés sur une aire de jeu, troublant le déroulement de la compétition.

« Est ce que le racisme est légal en France ? »

Hervé Guitton, jugé pour incitation à la haine raciale, est quant à lui soupçonné d’avoir poussé - avec d’autres membres du public non identifiés -, des cris de singe à l’encontre du joueur italien de l’OGC Nice Mario Balotelli le 20 janvier. Là encore, ces incidents avaient valu au club corse le retrait d’un point avec sursis et la fermeture d’une des tribunes de son stade pour trois matches. Lors de cette rencontre comptant pour la 21e journée de Ligue 1, Mario Balotelli, l’attaquant italien d’origine ghanéenne, avait accusé une partie du public corse d’avoir « fait des bruits de singe (…) pendant tout le match ». « Est-ce que le racisme est légal en France ? Ou seulement à Bastia ? », s’était-il demandé sur son compte Instagram.

>> A lire aussi : Cris de singe contre Balotelli à Bastia: «En dix ans, rien n'a changé», s'énerve Chimbonda, lui aussi victime de racisme