VIDEO. Législatives: Pourquoi Mélenchon préfère affronter le PS plutôt que le FN à Marseille

LÉGISLATIVES Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’il serait candidat à Marseille pour les élections législatives. Il doit venir ce jeudi pour annoncer qu’il brigue la 4e circonscription, celle de Patrick Mennucci…

Adrien Max

— 

Jean-Luc Mélenchon, le 7 Mai 2017.
Jean-Luc Mélenchon, le 7 Mai 2017. — SIPA
  • Jean-Luc Mélenchon a annoncé qu’il se présenterait aux élections législatives, probablement à Marseille
  • Patrick Mennucci, l’actuel député de la 4e circonscription, a vivement réagi à cette candidature

Devant la bouche de métro de Malpassé, dans le 13e arrondissement de Marseille, quatre militants de la France insoumise tractent. La plupart des passants sont au courant de la candidature de Jean-Luc Mélenchon à Marseille. Si les avis divergent sur la circonscription à privilégier – « il ne peut pas se présenter partout ? », demande Badrou, 23 ans –, tous ont leur idée de ce qu’il peut apporter à la politique marseillaise. « Ça va faire bouger les choses et ça va un peu renouveler la scène politique locale », se réjouit Quentin, 19 ans. Beaucoup évoquent, avec soulagement, la fin du clientélisme avec ce nouveau visage.

Le candidat de la France insoumise Jean-Luc Mélenchon va donc se présenter aux élections législatives à Marseille. Il y était arrivé en tête pour le premier tour de l’élection présidentielle avec 24,82 % des voix. « C’est aussi une ville qui lui ressemble beaucoup. Il était très ému de voir pendant la campagne présidentielle une population qui a autant d’espoir. Il a une relation privilégiée avec la ville », avance Sarah Soilihi, sa porte-parole durant la campagne, et candidate dans la 3e circonscription.

>> A lire aussi : Le comique Gérald Dahan sera candidat aux législatives pour La France Insoumise

Menucci le grand perdant

Si la circonscription ne sera annoncée que ce jeudi au cours d’une « visite de courtoisie » dans la ville, c’est la 4e qui remporterait les faveurs du leader du mouvement, selon nos informations. « C’est le centre-ville historique de Marseille, avec le quartier le plus pauvre d’Europe. C’est le symbole de la mixité », avance Sarah Soilihi. C’est aussi une circonscription déjà ancrée à gauche, qui serait à la portée du candidat de la France insoumise. Ce qui était loin d’être le cas de la 3e circonscription, sur les terres du Front national de Stéphane Ravier. « Ce serait tout à son honneur de se présenter face au FN et d’aider Sarah Soilihi, mais c’est très risqué », prévient Gérald Souchet, qui devait se présenter dans la 4e.

Dans la 7e circonscription, dans les quartiers Nord où Jean-Luc Mélenchon était très attendu après les résultats du premier tour, il aurait dû affronter Jean-Marc Coppola, tête d’affiche du Front de Gauche. « Les relations ne sont pas au beau fixe avec le PCF mais de là à affronter la tête d’affiche locale je ne crois pas », explique Hendrik Davi, candidat dans la 5e.

C’est donc Patrick Mennucci, actuellement député de la 4e circonscription, le grand perdant de cette annonce. Il n’a pas tardé à réagir via un communiqué en regrettant que Jean-Luc Mélenchon se présente dans « la seule circonscription de l’arc méditerranéen où le Front national n’a aucune chance d’être au second tour. » Il ajoute qu'« en cherchant à se faire élire dans une circonscription, une ville et un département où il n’a aucunement l’idée de s’installer, il démontre qu’il souhaite faire des citoyens du centre-ville de Marseille des instruments de son ambition personnelle. » Sarah Soilihi tempère ses propos. « Si la seule préoccupation de Jean-Luc Mélenchon était de devenir député, il ne serait pas venu à Marseille. C’est une ville très compliquée où il faut réfléchir à deux fois. »

>> A lire aussi : Législatives: La stratégie de La France insoumise de Mélenchon peut-elle payer?

« Qu’il devienne Premier ministre »

Jean-Luc Mélenchon ne veut visiblement pas reproduite la même erreur qu’en 2012, lorsqu’il s’était présenté dans la circonscription de Marine Le Pen à Hénin-Beaumont. Il avait essuyé une cinglante défaite en se faisant éliminer dès le premier tour. Cette fois, il privilégie une circonscription dans laquelle il a fait un très bon score à la présidentielle. « Il veut vraiment gagner, c’est important qu’on ait un leader à l’Assemblée nationale. Et même qu’il devienne Premier ministre si nous remportons la majorité », explique Ouali Brinis, candidat dans la 7e.

Et pour ceux qui doutaient de sa motivation à faire reculer le Front national, « en se présentant ici, il vient aussi m’apporter son soutien et de l’aide pour battre le Front national dans la 3e circonscription », prévient Sarah Soilihi. La circonscription n’est pas encore officielle, pourtant la candidature de Jean-Luc Mélenchon bouscule déjà la politique marseillaise.