« Jacky le Mat » en appel pour racket

A. R. (avec AFP) - ©2008 20 minutes

— 

Aujourd'hui, s'ouvre devant la cour d'Aix-en-Provence le procès en appel de la condamnation de Jacques Imbert, dit Jacky « le Mat » (le fou). Considéré comme le dernier parrain de la pègre marseillaise, il a été condamné en première instance devant le tribunal correctionnel de Marseille à quatre ans de prison, en juin 2006, pour extorsion de fonds. Le Mat, âgé de 77 ans, était poursuivi pour des rackets commis entre 1992 et 1993 envers des gérants d'établissements de nuit parisiens et marseillais. A l'époque, ses avocats avaient dénoncé un procès se reposant sur « des rumeurs, sur des on-dit, sur des témoins qui n'étaient pas là ou qui se rétractaient » et « l'entrée du mythe et de la légende dans la salle d'audience ». Durant le procès, les témoins, présentés par l'accusation comme les victimes de Jacky le Mat, étaient revenus sur leurs premières déclarations, assurant lui avoir prêté de l'argent « par amitié » ou « pour le dépanner ». Le procureur n'avait pas cru à la thèse des prêts amicaux et avait requis quatre à cinq ans de prison à son encontre, estimant qu'il n'y avait « pas eu de violences ni de menaces directes mais que le système reposait sur la crainte ».

En avril 2005, Jacky Imbert, qui est un proche du parrain Francis le Belge, avait déjà été condamné par le tribunal de Marseille à quatre ans de prison pour trafic de cigarettes, avant d'être relaxé quatre mois après par la cour d'appel d'Aix-en-Provence.