VIDEO. Attentat déjoué à Marseille: Clément Baur, de catholique pratiquant à terroriste islamiste présumé

TERRORISME Ses avocats retracent son parcours, jusqu'à sa disparition en 2015... 

Mathilde Ceilles

— 

Clément Baur, à la prison de Lille-Sequedin (Nord)
Clément Baur, à la prison de Lille-Sequedin (Nord) — AFP / Police Nationale
  • Sa famille était sans nouvelle de lui jusqu'à son arrestation 
  • Ses avocats le décrivent comme un ancien catholique pratiquant, ayant participé aux JMJ

Le 18 avril dernier, Clément Baur est arrêté par les forces de l’ordre dans l’appartement qu’il loue à son nom depuis près d’un mois dans une résidence située au 58 rue de Crimée à Marseille.

>> A lire aussi : Attentat déjoué à Marseille: Cinq interpellations dans l'entourage des deux djihadistes arrêtés

A l’intérieur, un fusil-mitrailleur, deux armes de poing, des sacs de munition, trois kilos d’explosifs de type TATP, dont une partie prête à l’emploi, et une grenade artisanale. L’homme est arrêté et mis en examen, au côté de Mahiedine Merabet, un autre individu, arrêté à quelques encablures de là. Tous deux sont soupçonnés d’avoir projeté un attentat « imminent » avant l’élection présidentielle.

Disparu pendant deux ans

Rapidement, la photo des deux suspects fait le tour des médias. Pour sa famille, c’est la fin d’un mystère. Le jeune homme de 23 ans est en effet porté disparu depuis janvier 2015. Habitant le nord de la France, il devait rejoindre sa mère, qui réside à Nice. Il n’y est jamais allé. Il est aperçu pour la dernière fois à Marseille, près de la gare Saint-Charles.

Pendant deux ans, plus de trace, si ce n’est un passage à la prison de Lille-Sequelin pendant quatre mois pour détention de faux documents, sous une fausse identité, Ismaïl Djabrailov.

>> A lire aussi : Attentat déjoué: Comment Clément Baur a pu être incarcéré sous un faux nom

Un ancien catholique pratiquant

Sa disparition avait été rapidement signalée par ses proches selon ses avocats. « La famille a multiplié les recours et les alertes », affirme Me Cesari. « Il y a eu une forme de surdité des autorités, ajoute Me Susini. On n'a pas pris suffisamment au sérieux ce qu’ils disaient. »

Maitre Jérôme Susini et Maître Charlotte Cesari
Maitre Jérôme Susini et Maître Charlotte Cesari - Mathilde Ceilles

Une famille qui faisait preuve d' « inquiétude vis-à-vis de sa conversion », selon Me Cesari. Adolescent, le jeune Clément Baur s’intéresse en effet de près à la spiritualité, selon ses avocats. L’adolescent est d’abord un catholique pratiquant, prenant même part aux Journées Mondiales de la Jeunesse, un événement qui rassemble des milliers de jeunes catholiques du monde entier.

Recherché pour association de malfaiteurs terroristes

« Ce qui étonnant dans son parcours, c’est que, malgré son jeune âge, dès 14-15 ans, il y avait chez lui une grande soif de spiritualité, affirme Me Susini. Il avait une envie d’obtenir des réponses à des questions que, peut-être, tous les jeunes de son âge ne se posent pas. Il a pu un temps étancher cette soif de spiritualité grâce à la religion catholique. Mais, peut-être, un événement dans sa vie a fait qu’il a changé de religion. »

>> A lire aussi : Attentat déjoué à Marseille: Les deux suspects mis en examen et écroués

A l’adolescence, Clément Baur, issu d'un milieu modeste, est un jeune homme décrit comme « doux, attentionné, sensible », ayant « de bonnes relations avec ses camarades de collège ». « On est loin du Petit Chose », affirme Me Susini. C'est à cette période qu'il se convertit à l’islam. Selon les informations de 20 Minutes, au moment de son arrestation, Clément Baur était recherché pour association de malfaiteurs terroristes. Selon Me Cesari, « rien ne le laissait présager. Ce qui est certain, c’est que, à un moment, il a basculé, et il va falloir trouver cet élément déclencheur » qui l'a mené vers la radicalisation. 

Un homme « perdu » pendant sa garde à vue

Les deux avocats du suspect affirment avoir eu en face d’eux un homme « hébété, perdu hagard » au moment de sa garde à vue et de sa mise en examen. « Nous n’avons pas eu affaire à quelqu’un de fanatique ou haineux, décrit Me Susini. Pendant sa garde à vue, j’ai eu l’impression qu’il était brusquement sorti d’un endoctrinement, comme s’il s’était réveillé. »

Pour Me Cesari, « on est face à un problème de radicalisation de la jeunesse française et rien n’a été fait jusqu’à présent pour essayer de voir quand des jeunes comme Clément peuvent être radicalisés et jusqu’où ils peuvent aller. » 

Cinq hommes, dont deux Tchétchènes, dans l'entourage de Clément Baur et Mahiedine Merabet, étaient toujours en garde à vue ce mercredi. Clément Baur et Mahiedine Merabet ont quant à eux été placés en détention provisoire. Aucune cible n'a été à ce stade identifiée, mais les enquêteurs ont notamment retrouvé dans leurs téléphones des photos prises dans des lieux de rassemblement ou des rues de Marseille, et des recherches effectuées sur internet sur certains bars marseillais.