Attentat déjoué à Marseille : Les cibles des terroristes présumés se précisent

ATTENTAT Les enquêteurs ont découvert des éléments qui pourraient donner des indices sur les cibles des deux hommes arrêtés la semaine dernière…

A.M.

— 

Rue de Crimée, où les deux hommes louaient un appartement.
Rue de Crimée, où les deux hommes louaient un appartement. — Adrien Max / 20 Minutes

L’enquête avance après la mise en examen de Clément Baur, 23 ans, et Mahiedine Merabet, 29 ans, arrêtés la semaine dernière à Marseille et qui sont suspectés d’avoir préparé un attentat. Mardi, cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue. Les enquêteurs ont aussi découvert des indices qui pourraient permettre de préciser la cible des deux hommes.

Si jusqu’alors les enquêteurs pensaient qu’ils voulaient s’en prendre à la campagne électorale, ils auraient envisagé d’autres cibles selon Europe 1. En analysant leurs six téléphones portables, les enquêteurs de la DGSI ont trouvé des photos des rues de Marseille.

>> A lire aussi : Attentat déjoué à Marseille: Les deux suspects mis en examen et écroués

Des lieux de fêtes

En passant au crible leur ordinateur, ils ont aussi retrouvé toutes leurs recherches sur internet. Certaines portaient sur le monde politique, mais la majorité avait été réalisée sur des lieux de fête, des bars, où l’on retransmet des matches de foot, des pubs, des lieux de rassemblement spécifiques à certaines communautés directement visées par l’Etat islamique.

>> A lire aussi : Attentat sur les Champs-Elysées: L'Etat islamique veut-il vraiment peser sur l'élection présidentielle?

Selon les informations d’Europe 1, les suspects ont cherché l’adresse de bars de Marseille dans lesquels se rendaient des étrangers, notamment des Russes, des Américains ou des Israéliens. Mais rien ne permet de dire s’ils avaient arrêté leurs choix. En garde à vue, Clément Baur a prétendu qu’ils allaient renoncer à leur projet. Mahiedine Merabet avait chuté à vélo et s’était cassé le poignet. Il était obligé de porter un plâtre.