Bastia-OL: Cinq hommes jugés en comparution immédiate après les échauffourées

FOOTBALL Des incidents avaient perturbé le match le 16 avril dernier…

M.Cei. avec AFP
— 
Les supporters de Bastia agressent les Lyonnais à l'échauffement
Les supporters de Bastia agressent les Lyonnais à l'échauffement — PASCAL POCHARD-CASABIANCA / AFP
  • Deux joueurs lyonnais ont porté plainte pour "violence en réunion dans une enceinte sportive"
  • Parmi les prévenus se trouve un dirigeant du SC Bastia

Cinq hommes doivent être jugés en comparution immédiate mardi après-midi devant le tribunal correctionnel de Bastia  pour leur implication présumée dans les échauffourées qui ont émaillé la rencontre entre l' équipe corse et l’Olympique lyonnais le 16 avril,

Quatre d’entre eux avaient été interpellés lundi matin par des enquêteurs de la sûreté départementale, et le cinquième, se sachant recherché, s’était présenté de lui-même au commissariat, où il avait été à son tour placé en garde à vue.

Un dirigeant du SC Bastia parmi les prévenus

Parmi eux se trouve un des dirigeants du SC Bastia, le directeur des services généraux, Anthony Agostini, a déclaré le procureur de la République de Bastia Nicolas Bessone, confirmant une information de l’Equipe. Anthony Agostini avait été accusé par le président de l’Olympique lyonnais Jean-Michel Aulas d’avoir frappé son gardien Anthony Lopes. Les quatre autres personnes sont trois supporters et un stadier.



Deux joueurs lyonnais, Anthony Lopes et Mathieu Gorgelin ont porté plainte contre X pour « violence en réunion dans une enceinte sportive » et le parquet de Bastia a ouvert une enquête en flagrance pour « violences ». Le club de Bastia a lui aussi déposé plainte contre X avec constitution de partie civile.

En attendant la décision finale de la Ligue de football professionnel (LFP), le club corse a écopé de premières sanctions : le Stade de Furiani a été suspendu jusqu’au 4 mai à titre conservatoire et l’équipe devra jouer son prochain match à domicile face à Rennes le 29 avril sur terrain neutre et à huis clos.