Marseille: Comment Jean-Pierre Franceschi est devenu le chirurgien des stars du foot

DISPARITION Jean-Pierre Franceschi, décédé lors du crash d’un avion au Portugal, a été enterré ce vendredi dans la matinée. «20 Minutes» a cherché à savoir comment il était devenu un tel poids lourd de la médecine du sport…

Jean Saint-Marc
— 
Gaëtan Huard (à droite) a été opéré en 1990 par le docteur Franceschi.
Gaëtan Huard (à droite) a été opéré en 1990 par le docteur Franceschi. — G.H.
  • Le docteur Franceschi était un grand technicien, un chirurgien toujours à la pointe.
  • Il s’est spécialisé dans la médecine du sport dans les années 1990, notamment après avoir opéré le gardien de l'OM Gaëtan Huard.

On le surnommait « le pape du genou ». Jean-Pierre Franceschi a été enterré ce vendredi dans la matinée, après être décédé dans le crash d’un avion de tourisme au Portugal. Figure locale incontournable, ce chirurgien Marseillais a opéré des milliers de patients. Et parmi eux, des centaines, allez en tout cas une centaine de sportifs, principalement des footballeurs.

>> A lire aussi : VIDEO. Décès du professeur Franceschi dans le crash d’avion au Portugal

« Je me suis arrêté de compter à 100 », lâchait à La Provence le chirurgien qui aurait pu afficher sur son CV les noms de Robert Pirès, Jean-Pierre Papin, Basile Boli, Eric Cantona, Henri Leconte, Rolland Courbis… On ne va pas poursuivre le name dropping, sinon l’article (et le CV) seraient bien trop long.

Gaëtan Huard lui a fait une grosse pub dans le milieu du foot

« Je fais partie de ce palmarès », sourit tristement l’ancien gardien Gaëtan Huard. Il figure même tout en haut : c'est un des premiers sportifs professionels opéré par le docteur Franceschi, en mars 1990. Ce chirurgien marseillais est alors un orthopédiste de renom, une spécialité qu’il a choisi après un grave accident de moto. En 1972, le jeune étudiant se fait amputer la jambe. « Opérer et réparer était devenu plus qu’une évidence », expliquait-il à La Provence.

« L’OM est venu le chercher quand Huard s’est blessé car il était déjà très réputé », assure le chirurgien Abdou Sbihi, un des associés du docteur Franceschi. Flash-back avec Gaëtan Huard. Très ému, l’ancien gardien de l’OM nous raconte longuement, au téléphone, la rencontre avec celui qui est devenu un ami : « C’était un quart de finale contre le CSKA Sofia, et, pour une fois, il n’était pas au stade mais devant sa télé. Le médecin du club l’appelle. Aussitôt, il se rend à l’hôpital. J’avais une fracture ouverte du tibia. Jean Pierre m’a réconforté comme il savait si bien le faire. L’opération s’est bien déroulée et, à la sortie, il me dit : "Dès demain, je te fais marcher". »

Une petite opération ni vu, ni connu, sans en parler aux Girondins

Et devinez quoi ? Le lendemain, Gaëtan Huard faisait quelques pas dans la chambre. « On pouvait le joindre directement sur son portable, dès qu’il sortait du bloc il rappelait », se souvient le gardien de but, parti à Bordeaux deux ans plus tard. Durant une trêve hivernale, il recontacte le chirurgien : « Je lui dis que j’ai des douleurs au genou. Je rejetais le clou, en fait. Je retourne à Marseille pour l’intervention, sans en parler aux Girondins. Il m’a tout de suite dit : "Ne te tracasse pas, je vais t’opérer sans couper le tendon." » Et devinez quoi ?

« Le feeling est très important ! Des gens qui savent opérer des ligaments croisés, il y en a beaucoup ! »

Forcément, après une expérience pareille, le gardien de but recommande le chirurgien à ses potes… Footballeurs. « A chaque fois qu’on me demandait, je disais : "Va à Marseille !" Pour la qualité de l’intervention, la rapidité de la rééducation, c’était le top. »

Abdou Sbihi, spécialiste lui aussi de la hanche et du genou, précise : « Les sportifs veulent des résultats, ils recherchent la compétence. Et c’était un chirurgien hors norme, supérieur aux autres. Il était très actif dans les sociétés savantes, toujours à la recherche des nouvelles techniques. »

>> A lire aussi : Le podologue de l'OM a inventé des chaussures anti-blessures... Après les pros il vise le footeux lambda

Le médecin du sport Mathieu Dumont, qui a appris aux côtés de Jean-Pierre Franceschi, évoque bien sûr « un grand technicien, un chirurgien ultra-spécialisé et donc ultra-compétent ». 

Jean-Pierre Franceschi avait lancé il y a un an l'Institut de chirurgie orthopédique et sportive.
Jean-Pierre Franceschi avait lancé il y a un an l'Institut de chirurgie orthopédique et sportive. - ICOS Marseille

« Discret, pro, pas frimeur »

Mais ça ne suffit pas, reprend Dumont : « Le feeling est très important ! Des gens qui savent opérer des ligaments croisés, et qui le font bien, il y en a beaucoup ! Mais les patients, et particulièrement les sportifs, ont besoin d’être rassurés, sur les délais, sur la guérison. Jean-Pierre connaissait très bien cela, il avait une grande expérience, et un contact excellent. » Un homme « discret, très pro, pas frimeur », complète un ami de Jean-Pierre Franceschi.

« Un footballeur pendant sa carrière, c’est forcément un jeune homme, conclut Huard… Avec nous, Jean-Pierre avait ce côté un peu papa ! »