La droite lorgne le département

Frédéric Legrand - ©2008 20 minutes

— 

C'est l'autre duel gauche-droite de 2008. L'UMP a présenté hier ses candidats pour les élections au conseil général des Bouches-du-Rhône. Programmées en même temps que les municipales, les cantonales passent généralement inaperçues des électeurs. A tort : le département gère un budget de 2,1 milliards d'euros, soit deux fois celui de la commune de Marseille, avec de larges compétences comme la gestion des collèges, le social, la santé.

Depuis plusieurs décennies, le conseil général est dirigé par le parti socialiste. En mars, 28 des 57 conseillers généraux remettent leur mandat en jeu. L'UMP compte 12 élus sortants, et met la barre très haut : « Tous les cantons sont prenables », assure Martine Vassal, secrétaire départementale. Avec comme angles d'attaque la fiscalité et la redistribution de l'impôt. « Le conseil général a augmenté les impôts et il n'aide pourtant pas assez les communes, martèle Jean-Claude Gaudin, sénateur maire de Marseille. Par exemple, ici, il n'a financé que 3 % du tramway ! ».

Jean-Noël Guérini, président (PS) du conseil général et candidat à la mairie de Marseille, a dégainé le contre-argument dès la mi-décembre : « Certaines communes se plaignent de ne pas être soutenues mais quand on vote des crédits pour la ville de Marseille, souvent ils ne sont pas utilisés ! » Aux cantonales de 2004, l'alliance PS-PC l'avait emporté avec plus de 38 % des voix, contre 30 % pour l'UMP.