Toulon: Des aveugles et malvoyants assistent à un match de rugby... «C'est comme si je voyais», jure l'un d'eux

HANDICAP Un système d’audiodescription leur était proposé…

Jean Saint-Marc

— 

Une trentaine de déficients visuels ont assisté au match Toulon - Castres.
Une trentaine de déficients visuels ont assisté au match Toulon - Castres. — Sauveur Galazzo

Pour la plupart des supporters du RC Toulon, la victoire de ce week-end face à Castres ( 23-14) n'a rien d’historique. Comme souvent cette année, les Rouge et Noir ont rendu une copie correcte… mais pas brillante. Bref, un match qu’on oubliera vite. Sauf pour une trentaine de supporters, aveugles ou malvoyants, qui grâce à l’ Union des déficients visuels du Var, ont pu suivre le match via un système d’audiodescription. Une première à Mayol. Ils racontent cette expérience à 20 Minutes.

>> A lire aussi : Du Prozac pour le Stade Toulousain, de la bière pour le RC Toulon... Drôle de cocktail au Vélodrome

Les frissons de Daniel lors du Pilou-Pilou. « Je peux le dire, c’est comme si je voyais le match », s’emballe Daniel Tisman, malvoyant. Lui qui « n’est pas très rugby » est pourtant à l’origine de ce projet, « par goût du défi ». Ce qui l’a touché ? L’ambiance : « Parfois je baissais le son pour écouter autour de moi… Les gens sont passionnés, ils vivent ça avec les tripes ! Et vivre le Pilou-Pilou en direct, c’est quelque chose ! »

En tribune, un commentateur décrit le match en détail pour les déficients visuels.
En tribune, un commentateur décrit le match en détail pour les déficients visuels. - Sauveur Galazzo

Ouda a enfin pigé les règles du rugby. « Il y a trois ou quatre ans, j’étais allé voir Toulon-Agen avec mon fils… Il m’expliquait, mais je n’avais rien compris ! », se marre Ouda, Toulonnaise de 49 ans, pas vraiment passionnée de sport. Elle a apprécié la précision de la description, assurée par le responsable technique du théâtre Le Liberté (qui a d’ailleurs fourni le matériel) : « Il a bien décrit le terrain, les lignes… Moi je pensais que c’était pareil qu’un terrain de foot, je ne m’imaginais pas bien les choses ! » Bien pratique aussi, le retour de Canal + avec le micro de l’arbitre : « On comprenait bien ce qui se passait lors des mêlées/»

Le jeune Noé se fait plus critique. Son papa, prof de sport, a déjà emmené Noé au stade pour les matchs de Toulon. Mais le garçon de 11 ans, très malvoyant, est plus branché musique ou cinéma : « Je n’ai pas trop aimé, parce que je n’aime pas trop le rugby… Et je ne voyais vraiment pas bien. » Sa maman Myriam précise que « l’ambiance plus les voix dans le casque, ça faisait un peu beaucoup pour lui », mais salue l’initiative : « ça fait une ouverture ! »

Pour Alex, « C’est bien mieux qu’à la télé ! ». Ce supporter du RCT depuis plus de trente ans, n’a pas été surpris par la ferveur de Mayol : « A une certaine époque, j’allais souvent au stade… Quand on a l’habitude, on comprend le match rien qu’avec les intonations de la foule ! » L’audiodescription est pour lui « un vrai plus », surtout qu’elle ne l’a pas empêché de profiter de l’ambiance : « J’avais suivi une fois un match du XV de France en audiodescription à la télévision… Ils avaient coupé le son du stade, le gars était dans sa bulle, j’ai éteint au bout d’un quart d’heure. »

>> A lire aussi : Un boxeur malvoyant va affronter un champion du monde (mais ils ne comptent pas «se chauffer jusqu'au K.-O.»)

Cette fois, Alex est évidemment resté jusqu’au bout… Quitte à se fader la deuxième mi-temps pas bien jojo des Toulonnais : « Ils se sont sacrément relâchés quand même ! Ils sont très maladroits, n’arrivent pas à enchaîner. Bref, depuis qu’on a plus Wilkinson… »