Marseille: «Petits arrangements» pour des casiers vierges des agents de sécurité

SECURITE Plusieurs agents de sécurité marseillais payaient pour « blanchir » leur casier judiciaire…

A.M.

— 

Illustration d'un agent de sécurité
Illustration d'un agent de sécurité — M.Libert/20 Minutes

Selon une information de La Provence, des agents instructeurs du Conseil national des activités privées de sécurité (Cnaps) ont été placés en garde à vue vendredi dernier. Ils sont soupçonnés d’avoir modifié, contre rémunérations, les casiers judiciaires des agents de sécurité qui aspiraient à exercer.

Le parquet de Marseille a ouvert une enquête pour « faux, usage de faux, corruption active et corruption passive ». Les suspects touchaient des commissions qui allaient de 1000 et 4 000 euros. Les écoutes téléphoniques, qui ont duré pendant six mois, auraient permis, selon La Provence, d’accréditer cette thèse et de confondre les auteurs présumés, qui auraient partiellement reconnu les faits reprochés.

>> A lire aussi : Homme sans vie dans un jardin, la piste de l'adultère ?

Les trois suspects mis en examen

L’IGPN est persuadée que ce dossier « ne serait que l’arbre qui cache la forêt », mais cette thèse est démentie, selon une autre source proche de l’enquête, où l’on reconnaît « une fraude », mais qui « n’aurait pas eu l’ampleur qu’on pourrait déplorer »Du coup, on se réjouit, de source policière, que « le trafic ait pu être stoppé à temps ».

Les trois suspects, âgés d’une trentaine d’années, ont été présentés à un juge d’instruction du tribunal de grande instance de Marseille, et mis en examen. Ils ont été remis en liberté sous contrôle judiciaire et l’enquête se poursuit.