Face au TFC, l’OM comme à la maison... Y a-t-il un tropisme pro-marseillais à Toulouse?

FOOTBALL Si les Marseillais chantent «On est chez nous» au Stadium dimanche, pour l'anniversaire du Tef... Ça la fout mal, non ?

Jean Saint-Marc

— 

Pascal Dupraz n'engueule pas que ses joueurs... Le public du Stadium en prend aussi pour son grade.
Pascal Dupraz n'engueule pas que ses joueurs... Le public du Stadium en prend aussi pour son grade. — Photo R. Gabalda / AFP (Paint : 20 Minutes)

Ça fait partie des deux trois running gags entre supporters. Rennes qui ne gagne jamais rien, le PSG loser en Ligue des champions, Lyon qui… Oula, plein de trucs. Et Toulouse, donc, qui n’a pas vraiment de public. Surtout lors des matchs face à l’OM. Même le très poli président marseillais Jacques-Henri Eyraud s’est permis de chambrer les Toulousains en janvier dernier.

« C’est vrai qu’on est toujours plutôt bien reçus, qu’on ne se sent pas seuls dans le virage », ironise le vice-président du CCS (Club central des supporters) Gilbert Deukmedjian. Le genre de trucs qui collent bien les boules à Pascal Dupraz, auteur d’un fameux «  Rentrez chez vous les Marseillais », lors de ce dernier match, justement. Une rencontre plutôt tendue, avec débordements et insultes homophobes en tribune.

>> A lire aussi : Menaces de mort, homophobie… Un supporter toulousain porte plainte après TFC-OM

« Ça a un peu fait le buzz à ce moment-là, mais ça ne date pas d’hier », se désole Jean-Baptiste Jammes, patron du site de supporters LesViolets.com. C’est un peu culturel, il y a beaucoup de fans de l’OM à Toulouse… Ils ne viennent qu’une fois par an au Stadium. Ce qui est pénible, c’est qu’ils se mettent un peu partout, pas seulement dans le parcage ! »

Une spécificité toulousaine ? Pas du tout, rétorque l’ancien capo des Indians Tolosa Paul Cometto, que l’on sent, il faut le dire, un peu agacé par le sujet : « On n’est pas plus touchés qu’ailleurs ! C’est juste que le stade est grand, et donc pas rempli de supporters du Tef'… Si Guingamp avait un stade de 33.000 places, j’aimerais bien voir ce que ça donnerait. »

Paul Cometto va être content : le sociologue Ludovic Lestrelin est plutôt d’accord avec lui. Et ça fait juste 15 ans qu’il bosse sur le sujet, depuis sa thèse L’autre public des matchs de football. Sociologie des supporters à distance de l’Olympique de Marseille : « L’OM déplace les foules, pas seulement à Toulouse… D’ailleurs si vous regardez les records d’affluence, ils ont souvent été atteints lors de matchs contre l’OM ! »

Maillot du Tef + écharpe de l’OM un soir de TFC-OM

OK, OK… Mais le phénomène est quand même particulièrement présent à Toulouse, non ?

  • Pascal Dupraz l’a d’ailleurs encore évoqué lors de sa conférence de presse, avant le TFC-OM de dimanche (15 heures).
  • Elie Baup en a remis une couche dans La Provence : « Le club de cœur à Toulouse, c’est l’OM ».
  • L’auteur de ces lignes se souvient avoir croisé au Stadium un trentenaire à l’accent toulousain, maillot du Tef (floqué Ben Yedder) sur les épaules et écharpe de l’OM autour du cou. Un « supporter » tout content d’annoncer « qu’il gagnerait dans tous les cas ».

« Non mais là t’es tombé sur un spécimen rare », raille Jean-Baptiste Jammes, qui rêve « que le prochain Président de la République instaure une loi anti-footix ». L’ultra Paul Cometto ne dira pas autre chose : « Je n’ai rien en commun avec ces gars-là… C’est tout un système de valeurs, tout le rapport au foot qui est différent ! »

Serait-ce parce que le cœur de la ville bat plus pour le rugby ? Il suffit de regarder les affluences à Ernest-Wallon pour comprendre que non, pas/plus vraiment. Ludovic Lestrelin nous propose une explication culturelle, bien plus originale : « Il y avait dans les années 1990 un axe toulouso-marseillais autour de la culture occitane, de la musique. » Il est vrai que les Toulousains de Zebda n’ont jamais caché leur admiration pour le mythique Depé et leur amour pour l’OM.

>> A lire aussi : Présidentielle: Emmanuel Macron et Benoît Hamon fans de l’OM? Tiens donc… Et depuis quand?

Tout ça est bien gentil, mais « quand tu fêtes tes 80 ans, t’as envie d’être entre potes, avec ta famille, pas avec tes ennemis », affirme Jean-Baptiste Jammes… Y a pas d’arrangement, donc.