Marseille: Aucun policier municipal pour protéger le meeting de Jean-Luc Mélenchon dimanche

POLITIQUE La mairie de Marseille a refusé de mettre des policiers municipaux à disposition de Jean-Luc Mélenchon pour son meeting de dimanche au Vieux-Port...

A.M.
— 
Le meeting de Jean-Luc Mélenchon sur la plage du Prado en 2012
Le meeting de Jean-Luc Mélenchon sur la plage du Prado en 2012 — ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Selon une information de nos confrères de France Bleu Provence, la mairie de Marseille ne mettra pas de policiers municipaux à la disposition de Jean-Luc Mélenchon pour son meeting de dimanche sur le Vieux-Port. Ce sera donc à l’Etat et aux organisateurs de faire régner l’ordre et la sécurité, avec des obligations bien précises dans le cadre de l’état d’urgence.

« Jean-Claude Gaudin est un grand républicain mais en cette période électorale, il n’est pas indispensable de donner une protection à un événement politique plutôt qu’à un autre par une police municipale qui est la police de tous les Marseillais », a déclaré à France Bleu Provence Caroline Pozmentier, adjointe à la Sécurité Publique.

>> A lire aussi : Marseille: Après «Mélenchon à la plage», voilà «Mélenchon sur le Vieux-Port»?

« Les policiers nationaux prendront le relais »

Sarah Soilihi, la porte-parole de Jean-Luc Mélenchon n’était pas encore au courant de cette information, qui ne remet pas en cause la tenue du meeting politique. « La sécurité sera quand même présente. Les policiers nationaux prendront le relais des municipaux, c’est de toute façon une obligation pour l’Etat d’assurer ce genre d’événement », indique-t-elle à 20 Minutes.

Déjà en 2012, Jean-Claude Gaudin avait tenté de mettre des bâtons dans les roues à Jean-Luc Mélenchon, tentant d’empêcher la tenue de son meeting sur la plage du Prado. Mais il avait finalement bien eu lieu. Bis repetita cette année ? « On constate que pour certains, c’est toujours beaucoup plus compliqué que pour d’autres, alors que la mairie devrait être neutre », note Sarah Soilihi.

>> A lire aussi : Dans une bonne phase, Jean-Luc Mélenchon ne veut pas reproduire les erreurs de 2012

Des mesures précises

La préfecture de police a prévu de déployer 300 membres des forces de l’ordre. Mais l’état d’urgence impose des mesures bien précises. Il faudra notamment protéger la grande roue du Vieux-Port et son personnel, sécuriser le lieu de rassemblement (tout le Vieux-Port et le bas de la Canebière) et fournir le personnel pour sécuriser le public. Enfin, pour empêcher toute attaque aux véhicules béliers, 37 rues doivent être barrées par 10 camions et 27 voitures, occupés par des chauffeurs en cas d’urgence.

​​