Avignon: Les deux hommes qui ont dégradé «Piss Christ» se défendent... «Sa valeur a augmenté»

ART En avril 2011, ils ont dégradé deux œuvres de l’artiste américain Andres Serrano, dont cette photo d’un crucifix immergé dans le sang et l’urine de l’auteur…

J.S.-M. avec AFP

— 

La photographie «Piss Christ» a été dégradée avec une « massette ».
La photographie «Piss Christ» a été dégradée avec une « massette ». — Boris Horvat afp.com

Deux hommes étaient jugés ce lundi par le tribunal d’Avignon. Deux hommes en « mocassins à glands et en manteau de loden », raconte France Bleu Vaucluse. Ils ont reconnu avoir dégradé Piss Christ, l’œuvre de l’Américain Andres Serrano, exposée à la collection Lambert d' Avignon en 2011.

>> A lire aussi : Films, pièces de théâtre, caricatures... Retour sur les provocations faites aux religions

« Je me suis dit : “c’est foutu, j’interviens avec une massette" »

Alors qu’ils avaient nié les faits pendant l’enquête, les deux hommes ont reconnu les faits. « Ça a dérapé par rapport au plan initial », a estimé l’un d’eux, qui assure que l’idée de départ était de recouvrir la vitre protégeant la photo par de la peinture. Mais un gardien arrive plutôt que prévu et s’empare de la bombe de peinture. « Je me suis dit : "c’est foutu, j’interviens avec une massette" », a raconté un des « agresseurs ».

Son avocat, Jacques Trémolet de Villiers, affirme qu’il n’y a là aucune dégradation : « Cette œuvre est un concept, donc on ne peut pas le détériorer ou le dégrader. Le Piss Christ est une œuvre de provocation, mon client est tombé dans la provocation et a amélioré la valeur marchande de l’œuvre. » Selon lui, l’œuvre vaut désormais 250.000 euros, contre 50.000 dollars auparavant, rapporte France Bleu.

L’un d’eux déjà condamné pour contestation de l’existence de crime contre l’humanité

Le procureur de la République a requis quatre mois de prison avec sursis pour le jeune homme qui faisait le guet, et 120 jours-amendes à 40 euros pour celui qui a frappé l’œuvre. Le tribunal rendra sa décision le 15 mai.

>> A lire aussi : A Avignon, la collection qui accueille le «Piss Christ» de Serrano menacée de mort

Les deux hommes, qui se sont présentés comme d’anciens sympathisants du Renouveau Français, disent avoir désormais coupé leurs liens avec les mouvements catholiques d’extrême-droite. Un des deux, ex-chanteur d’un groupe de rap nationaliste, a déjà été condamné pour contestation de l’existence de crime contre l’humanité et incitation et provocation à la haine raciale.