Le «Blue Whale Challenge», défi suicidaire qui inquiète un collège du Var

EDUCATION La principale du collège Romain Blache, à Saint-Cyr-sur-Mer (Var), a demandé aux gendarmes de faire une réunion de prévention : un ou plusieurs élèves auraient tenté de relever ce défi…

Mathilde Ceilles et Jean Saint-Marc

— 

Certains adolescents relaient ces défis sur les réseaux sociaux.
Certains adolescents relaient ces défis sur les réseaux sociaux. — Florence Durand / SIPA

Cinquante défis, et à la fin, la mort. On peut résumer ainsi le «Blue Whale Challenge », un « jeu » venu de Russie qui se répand sur les réseaux sociaux en France. En fin de semaine dernière, le ministère de l’Education nationale a contacté par mail les rectorats pour les appeler à la vigilance. La principale du collège Romain Blache, à Saint-Cyr-sur-Mer, dans le Var, avait anticipé cette directive. Dès jeudi dernier, une réunion de prévention a été organisée dans son collège.

>> A lire aussi : Le nouveau jeu à la mode chez les ados marseillais? S'accrocher aux essuie-glaces du tram

« Les élèves en parlaient entre eux, il y avait des suspicions, donc la principale a préféré prendre les devants », raconte l’adjudante Isabelle Cano, de la Brigade de prévention de la délinquance juvénile. Avec deux collègues, elle a animé ce jeudi une réunion de prévention auprès de 240 élèves de quatrième et de troisième : « on leur parle des risques, pour leur santé mais aussi des risques pénaux… S’ils voient quelqu’un y participer et qui ne le dénoncent pas, ils peuvent être poursuivis pour non-assistance à personne en danger. »

Les parents d’élèves déboussolés

La militaire se fait plutôt rassurante : oui, les élèves « avaient entendu parler » de ce défi… Mais pas plus que d’autres défis idiots auxquels les adolescents se sont toujours adonnés, du « jeu du foulard » à la plus récente « neknomination », jeu qui consiste à se filmer en train de boire de l’alcool… Puis à inciter des camarades à faire de même.

« Nous, les parents, sommes désorientés, reconnaît Evelyne Larler-Loir, de l’Association indépendante des parents d’élèves du collège Romain Blache. A peine a-t-on appréhendé une pratique nouvelle qu’une autre arrive ! » Sa fille, en quatrième, lui a parlé de ce fameux « Blue Whale Challenge » : « au début, je pensais que c’était une blague ! Ça me dépasse, c’est effrayant », confie la mère de famille qui avoue « être à l’affût du moindre post Facebook de [sa] fille ».

« Les élèves ont pour la plupart conscience des risques. Ils nous disent “il faut vraiment être stupide pour faire ça !” »

« Le constat n’est pas si alarmiste que ça, reprend l’adjudante Isabelle Cano. Les enfants ont pour la plupart heureusement conscience des risques. A la réunion, ils nous disent “il faut vraiment être stupide pour faire ça !”»

>> A lire aussi : Internet se mobilise contre «Blue Whale Challenge», le jeu qui pousse les ados au suicide

Pour elle, ce challenge est surtout dangereux pour un adolescent qui serait déjà suicidaire. « Pour aller jusqu’au passage à l’acte, jusqu’au cinquantième défi, il faut être en détresse au départ », confirme Nicolas Decker, de l’association Génération numérique, qui fait de la prévention contre ces défis. Et qui rappelle que le « Blue Whale Challenge » a déjà fait 130 victimes en Russie. « Ça commence à monter en puissance en France… Nous sommes de plus en plus souvent sollicités ! »