Marseille: Un militant «antifa» agressé à coups de couteau dans son appartement

FAITS DIVERS Il pense qu'il s'agit d'une agression politique...

J.S.-M.

— 

Une manifestation contre le fascisme et l'homophobie, en 2013 à Paris (photo d'illustration).
Une manifestation contre le fascisme et l'homophobie, en 2013 à Paris (photo d'illustration). — A. Gelebart / 20 Minutes

Sur leur page Facebook, les militants de l’Action Antifasciste Marseille annoncent qu’un des leurs a été agressé dans la nuit de lundi à mardi, à Marseille. Contacté par 20 Minutes, H., militant antifa bien connu, raconte les faits : « Je venais de rentrer chez moi et j’entends toquer à ma porte. J’ouvre, un mec me frappe avec une matraque. J’étais un peu assommé. Et là, à terre, son pote me donne des coups de couteau. L’autre, un petit merdeux tout maigrichon, l’encourageait ! »

>> A lire aussi : Militant LGBT violé: Zak hésite à «quitter Marseille»

« Sale rouge »

Le jeune homme se défend, crie, ce qui alerte son colocataire. Ensemble, ils parviennent, selon leur récit, à mettre en fuite les agresseurs. Sur sa page Facebook, l’Action Antifasciste Marseille dénonce une agression politique.

H. assure qu’un de ses agresseurs l’a traité de « sale rouge ». Il précise que depuis quelque temps, « plusieurs sites d’extrême droite le ciblaient ». Il a bien sûr déposé plainte.

Sollicitée par 20 Minutes, la police confirme le déroulé des faits, précisant toutefois qu’il est trop tôt pour établir que le mobile était politique. Les policiers assurent également que la victime était ivre au moment des faits. « J’avais bu quelques coups mais je ne vois pas ce que ça change », répond H., qui « n’aurait jamais pensé qu’on puisse aller aussi loin contre lui ».

« Ça ne changera rien à ma vie ! Je suis de retour avec mes potes, je bois des thés en terrasse… Je ne suis pas du genre à avoir peur ! »

Le militant est rapidement sorti de l’hôpital : « Je montre à ces types que ça ne changera rien à ma vie ! Je suis de retour avec mes potes, je bois des thés en terrasse… Je ne suis pas du genre à avoir peur ! »