Marseille: Près 10.000 migrants sauvés en pleine mer en un an par SOS Méditerranée

MIGRANTS Le premier sauvetage remonte à tout juste un an... 

20 Minutes avec AFP

— 

Des migrants à bord du bateau de secours "Aquarius" qui arrive dans le port de Cagliari, en Sardaigne, en Italie, le 26 mai 2016
Des migrants à bord du bateau de secours "Aquarius" qui arrive dans le port de Cagliari, en Sardaigne, en Italie, le 26 mai 2016 — GABRIEL BOUYS AFP

9.662. C’est le nombre de migrants que L’Aquarius, l’un des principaux bateaux de secours humanitaire qui croisent au large de la Libye a sauvé d’une noyade probable en un an d’opérations en pleine mer, a annoncé mardi l’ONG SOS Méditerranée qui l’affrète.

>> A lire aussi : Marseille: Elle secoure les migrants en mer, l'association SOS Méditerranée lance un appel urgent aux dons

Depuis le 7 mars 2016, et son premier sauvetage d’une embarcation à la dérive en Méditerranée, le bateau de l’association a assuré « 73 sauvetages et 24 transbordements », c’est-à-dire des prises en charge de migrants qui avaient été secourus par un autre navire. Au total, 13.991 personnes en détresse ont été recueillies sur le pont de l’Aquarius, dont 9.662 directement sauvées des flots.

>> A lire aussi : Migrants: Une femme accouche sur le navire qui l'a sauvée en Méditerranée

« On n’a pas d’autre choix que de sauver ces gens » à la dérive au milieu de la Méditerranée, « on pare à l’urgence humanitaire », a expliqué la cofondatrice de l’association Sophie Beau, lors d’une conférence de presse à Marseille.

Un quart est des mineurs 

Comme tous les migrants secourus en mer par des bateaux commerciaux ou militaires, ces hommes (8 sur 10) et ces femmes (2 sur 10) sont ensuite pris en charge en Italie. Un quart est des enfants ou adolescents mineurs, 8 fois sur 10 non accompagnés.

SOS Méditerranée, qui souhaite alerter sur les violations des droits humains en Libye, va publier prochainement un recueil de témoignages de migrants qui ont été secourus et racontent le trafic d’être humains, les humiliations, mauvais traitements et viols dont ils ont été victimes. « La loi des armes, la violence, la barbarie : toutes les personnes (qui sont passées en Libye) racontent ça », a ajouté Mme Beau, qui veut prévenir toute tentation des pays européens de passer un accord de renvoi des migrants dans ce pays « livré au chaos ».

>> A lire aussi : Plus de 5.000 migrants morts en Méditerranée en 2016, année la plus meurtrière selon l'ONU

L’association, une initiative de citoyens européens destinée à sauver le plus de vies possible en mer, a lancé un nouvel appel aux dons : chaque journée de mer coûte 11.000 euros. Indépendante des États et de l’UE, SOS Méditerranée, qui travaille avec les équipes de Médecins sans Frontières, a été financée l’an dernier à 71 % en France par des dons de particuliers, le reste venant principalement d’entreprises et de fondations.