Marseille: Vous avez déjà enjolivé votre CV? Attention, cette start-up chasse les faux diplômes

EMPLOI Une étude montre que 75 % des Français mentent sur leur CV…

Mathilde Ceilles

— 

Des membres de la start-up
Des membres de la start-up — Mathilde Ceilles

L’histoire commence par un banal problème domestique. Aline Eredia se retrouve privée de lumière dans son appartement. Son propriétaire se charge des réparations, mais celles-ci tournent au fiasco. Et pour cause : l’individu n’a aucune qualification pour cette profession.

La jeune Brésilienne, installée dans les Bouches-du-Rhône depuis quelques années, confie sa mésaventure à trois amis. « Après le troisième verre, on s’est dit : et si on lançait un site de vérification des diplômes ? »

>> A lire aussi : Présentant de faux diplômes, la pharmacienne n’en était pas une

Le pastis fait visiblement émerger les bonnes idées, puisque, après plusieurs années de travail, la start-up Cvérifié est créée en avril 2016. Outre leurs métiers de graphiste ou encore juristes, ces quatre Marseillais s’attachent à développer leur petite affaire. Et pour cause : le potentiel est énorme. Selon une étude menée en 2013 par un cabinet de recrutement, le Florian Mantione Institut, 75 % des CV reçus par une entreprise sont falsifiés.

Des forfaits dès 50 euros

« Il y a une vraie demande », constate Mickael Figuiere, un des quatre cofondateurs de l’entreprise. La jeune pousse propose ses services à des cabinets de recrutement qui, moyennant un forfait sur mesure, dont les premiers prix commencent à 50 euros, souhaite s’assurer du sérieux d’une candidature. « Cela rassure les employeurs. Mentir sur son CV devient une pratique courante. C’est une perte de temps que de recruter quelqu’un qui n’a en vérité pas les compétences », ajoute Aline Eredia.

Les cinq membres qui composent la start-up se chargent ensuite d’appeler les écoles mentionnées. Ils vérifient également la véracité du curriculum vitae, notamment les tâches présentées et les intitulés de poste. « Mais on n’appelle jamais les personnes indiquées pour des recommandations, parce que, parfois, ce sont des amis, et on apprend que Robert n’a jamais travaillé dans l’entreprise », sourit Aline Eredia. Et d’ajouter : « Ou qu’untel était à l’Ena, mais que pour quelques cours… »

>> A lire aussi : Vrai procès lundi d'un faux architecte qui exerçait depuis 30 ans

Mais après un an d’exercice, le taux de falsification constaté par l’entreprise reste plutôt faible. Sur les 2.000 vérifications effectuées par CVérifié depuis sa création, 90 % annoncent les bons diplômes. La raison ? Les entreprises ont pour obligation de notifier aux candidats qu’ils font vérifier les CV par la start-up. « Bizarrement, après, ces candidats disparaissent dans la nature », note Aline Eredia.

Une plus-value pour les salariés

Les quatre Marseillais ont également pris une décision originale : celle de proposer à qui veut la certification de ses diplômes et de ses compétences. « Ces personnes rentrent dans notre base de données et bénéficient d’un QR code crypté inviolable qui renvoie les entreprises directement vers celle-ci », explique Mickaël Figuiere. Une démarche entièrement gratuite qui peut surprendre la part d’une jeune entreprise en recherche de rentabilité. « On ne veut pas pénaliser quelqu’un qui est en recherche d’emploi ! C’est une plus value pour les salariés qui souhaitent se démarquer », affirme le jeune homme.

La jeune pousse voit loin, puisqu’elle cherche actuellement à collaborer avec…Pôle emploi ! Des discussions seraient en cours. En attendant, la start-up va prochainement organiser une levée de fond pour pouvoir encore se développer. A suivre…