Natation: Mehdy Metella, «pas ami-ami avec l'eau en ce moment», brille au meeting de Marseille

OMNISPORTS En pleine préparation (très intense) pour les Mondiaux, Mehdy Metella a remporté le 100 mètres papillon et le 100 mètres nage libre du Meeting Open Méditerranée…

Propos recueillis par Jean Saint-Marc

— 

Mehdy Metella lors du Meeting Open Méditerranée, en mars 2017, à Marseille.
Mehdy Metella lors du Meeting Open Méditerranée, en mars 2017, à Marseille. — Alain Rimeymeille / Ligue Paca Natation

Les experts vous parleront d’aérobie, de travail foncier, de pic de forme… Sympa, le sprinteur marseillais Clément Mignon vulgarise : « On se tape des bornes, quoi ! » En cette première année post-JO, les entraîneurs du Cercle des nageurs de Marseille ont concocté un gros programme à leurs nageurs. Donc les nageurs sont crevés. Donc ils ont abordé sans pression ce Meeting Open Méditerranée, à domicile.

>> A lire aussi : «Ma reconversion me prend beaucoup de temps»: Camille Lacourt, nageur «à tiers-temps»?

Ça a plutôt payé : « Pour la majorité, je suis satisfait, résume le manager Romain Barnier. On aura un climat de sérénité et de confiance pour la suite. Et nos deux patrons, Clément et Medhy, ont été très solides ! » Mehdy Metella a particulièrement brillé, remportant le 100 mètres papillon et le 100 mètres nage libre. Après avoir enchaîné une cinquantaine de selfies avec les jeunes du club, il a répondu à nos questions, tout sourire.

Vous avez l’air content !

Très ! Ça montre que l’entraînement porte ses fruits, on est en route pour Tokyo 2020 !

C’est plus facile, à domicile ?

C’est sûr qu’on mouille plus le maillot qu’au Vélodrome, hein ? [rires] Il le faut, cette magnifique ville le mérite ! Ça fait longtemps que je n’avais pas vu un public comme ça. Franchement, ça donne envie de monter une piscine dans un stade de foot, comme ils l'avaient fait à Kazan pour les Mondiaux. C’est important de gagner ici, de montrer que Marseille c’est LA ville sportive.

Les entraînements sont très intenses en ce moment ?

C’est très dur, et ça va l’être jusqu’à quatre semaines des Mondiaux [en juillet, à Budapest]. Franchement, c’est très compliqué dans l’eau ! Je ne suis pas ami-ami avec l’eau en ce moment. Je ne suis pas ami non plus avec le tableau quand je vois le programme d’entraînement du jour…

Il faut en passer par là…

En natation, si tu ne souffres pas, tu n'arrives nulle part. Au foot, si l’équipe joue mal, le coach engueule l’équipe. En natation, il n’engueule que toi ! Donc c’est à toi de faire le boulot !

>> A lire aussi : Ce n'est pas encore un Expert mais ça y est, Florent Manaudou a fait ses grands débuts de handballeur