OM-ASM (3-4): Match dingue au Vélodrome... Pour l'OM, la Coupe est pleine

FOOTBALL Marseille a encaissé neuf buts en deux matchs... L'ASM, elle, se qualifie pour les quarts de finale de Coupe de France et reste en lice dans quatre compétitions...

Jean Saint-Marc

— 

Yohann Pelé a marqué le premier but du soir contre-son-camp, lançant une soirée placée sous le signe du WTF.
Yohann Pelé a marqué le premier but du soir contre-son-camp, lançant une soirée placée sous le signe du WTF. — B. Horvat / AFP

On n’est pas sûrs d’avoir compris ce qui s’est passé ce mercredi soir au Vélodrome. Commençons par ce qui est certain : avec une équipe bis, Monaco s’est qualifié pour les quarts de finale ( 3-4 après prolongation) de la Coupe de France et reste engagé dans les quatre compétitions de la saison. La défense marseillaise, elle, a encaissé… Neuf buts en deux matchs.

>> A lire aussi : Revivez la victoire de malades de Monaco à Marseille (4-3)

Mais c’était quoi ce match ! ? Complètement dingue. C’était parti très fort, sur un but gag marqué contre son camp par un Pelé abandonné par son mur. Ça a continué sur des bases élevées dans le WTF… L’OM, complètement dominé dans le jeu, qui égalise par trois fois, plutôt contre le cours du jeu (Payet en première mi-temps puis un doublé de Cabella).

Et pour finir, Monaco, qui plie l’affaire grâce à Lemar… Alors que tout le monde voyait venir la séance de tirs au but.

Mbappé a (encore) régalé. On vous a déjà parlé de Kylian Mbappé ? De fait, oui, plein de fois. Mais on a de bonnes raisons de le (re) faire. Quel talent… Sertic a encore le vertige après sa roulette du gamin à l’entrée de la surface marseillaise à la 51e, Rolando après un enchaînement de passements de jambes à la 73e.

Et ce but !!! Mbappé caresse un centre de Mendy de l’extérieur du pied droit et c’est au fond. Il est aussi au cœur du troisième but monégasque, qu’il offre sur un plateau à Mendy.

Le Vélodrome pas récompensé. 35.513 supporters, un mercredi soir, trois jours après une raclée, c’est énorme. Et cette ambiance… Pourtant, les Olympiens n’ont pas toujours été « les guerriers » que les Fanatics attendaient. Malgré tout, le Vélodrome n’a jamais cessé de chanter : ces « Payet, Payet » scandés sur le coup franc de la dernière chance, à la 119e… La chair de poule.